Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Les restaurants japonais auront leur "label"





Le 20 Janvier 2016, par

La multiplication, ces dernières années, des restaurants proposant de la cuisine japonaise dans le monde, on en comptait plus de 88 000 en juillet 2015, a contraint le gouvernement japonais à prendre des mesures. Afin de protéger et de mettre en valeur la cuisine traditionnelle du pays il va lancer un label pour permettre aux consommateurs de savoir si le restaurant propose bien de la cuisine "washoku".


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
La cuisine "washoku" est la cuisine traditionnelle du Japon qui date d'avant l'ouverture du pays aux occidentaux, ouverture décidée au milieu du 19ème siècle. Ancestrale, elle est même entrée en 2013 dans le patrimoine intangible de l'Humanité de l'UNESCO et le gouvernement de Tokyo veut la protéger et la mettre en valeur.

En effet, le boom des restaurants japonais dans le monde, notamment en France qui est le plus gros consommateur de sushis d'Europe, présente un danger : impossible de savoir si le restaurant respecte les préceptes de la tradition et donc s'il est un "vrai" japonais. Grâce à ce label le Japon proposera donc aux amateurs de sushis d'êtres certains de la cuisine servie dans les restaurants.

Le label, qui sera géré par un organisme indépendant, sanctionnera les années d'études réalisées par les chefs au Japon : le label "Gold" sera réservé aux chefs qui auront étudié plus de deux ans au Pays du Soleil Levant. Les labels "Silver" et "Bronze" sanctionneront des périodes d'étude plus brèves mais toujours réalisées au Japon.

Mais le label ne s'arrêtera pas à la cuisine et aux études : seront sanctionnées également la connaissance et la compréhension de la culture culinaire japonaise ainsi que la présentation des plats et l'accueil des clients.

Les restaurants qui obtiendront ces labels verront fort probablement leur chiffre d'affaire augmenter sensiblement puisqu'ils deviendront des lieux privilégiés par les amateurs de poisson cru.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook