Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Manuel Valls promet à nouveau de baisser les impôts en 2017





Le 25 Août 2016, par

La campagne électorale bat son plein, notamment depuis l'annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy à la primaire Les Républicains. Mais le Parti Socialiste n'est pas en reste et Manuel Valls s'en fait le porte-parole. Invité sur RMC-BFMTV jeudi 25 août 2016 dans la matinée, il a réitéré une promesse faite par François Hollande en juin 2016 et qui avait déjà créé quelques tensions avec Bercy.


cc/pixabay
cc/pixabay
En juin 2016 le Président de la République avait fait une annonce-choc : il prévoyait de baisser les impôts des ménages en 2017. Une baisse qui était une réponse au ras-le-bol fiscal des Français. Mais au moment de l'annonce, faite sans avoir consulté réellement Bercy, le ministre des Finances Michel Sapin avait conditionné cette baisse à une croissance suffisante en 2016.

De fait, avant l'annonce de Manuel Valls du jeudi 25 août 2016, la baisse des impôts aurait eu lieu si et seulement si la croissance en France aurait dépassé 1,7 % en 2017, une prévision très optimiste par rapport aux prévisions des principales institutions di monde dont le FMI et Bruxelles.

Jeudi 25 août 2016, contrairement aux annonces précédentes, Manuel Valls change la donne : "Nous avons fait baisser l'impôt sur le revenu depuis que je suis premier ministre. Dans mon discours de politique générale, j'avais dit que nous baisserions de cinq milliards l'impôt sur le revenu. Nous y sommes et nous allons poursuivre la baisse de l'impôt sur le revenu" a-t-il déclaré.

Dans ses propos, aucune mention de la croissance nécessaire à cette baisse d'impôts en 2017 ce qui signifie qu'elle devrait avoir lieu dans tous les cas. Ou, au minimum, si la croissance atteint les 1,5 % espérés par Bercy pour 2016, une estimation plus raisonnable que les 1,7 % mais qui reste au-dessus de ce qu'attendent Bruxelles et même la Banque de France.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook