Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Moins de vols à l'étalage en France





Le 4 Novembre 2015, par

Chaque année la société Check Point Systems spécialisée dans la sécurité publie son baromètre des vols et de la démarque inconnue. Et cette année la situation s'améliore un peu en France alors même qu'elle se dégrade globalement dans le monde. Mais cela n'aura pas empêché les commerçants d'avoir perdu des milliards.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Les commerçants français peuvent souffler par rapport à leurs concurrents étrangers : la France est le troisième pays avec le moins de "démarque inconnue" du monde, juste derrière la Norvège et la Suède. Les vols à l'étalage, les vols internes, les fraudes des fournisseurs et les pertes administratives ne représentent en effet que 0,81% du chiffre d'affaires des commerçants Français. Dans le monde la moyenne est plutôt de 1,42%.

Mieux : alors qu'en France la démarque inconnue perd de l'ampleur, elle baisse de 0,28% en un an, dans le monde elle augmente. Les commerçants français sont donc plutôt bien lotis.

Mais tout est relatif : en y regardant de plus près la démarque inconnue représente encore quelques 112 milliards d'euros dans le monde et 4,61 milliards d'euros en France. Autant de chiffre d'affaires perdu qui aurait pourtant fait plaisir aux commerçants car ces derniers subissent encore les effets de la crise économique et la consommation basse.

De ces 4,61 milliards d'euros, tout de même, 44% (soit 1,52 milliard) sont dus au vol à l'étalage. Une pratique qui frappe surtout les accessoires de mode, les accessoire de téléphonie et... les rasoirs. Le prix des rasoirs, et la facilité du vol, en font un butin de choix. Les commerçants doivent donc s'armer d'alarmes, puces ou encore vitrines pour se protéger.

A noter l'arrivée, selon le baromètre, d'une nouvelle pratique : le vol de viande et de poissons non pas pour la consommation mais pour la revente.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook