Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Nintendo se retire du marché brésilien





Le 12 Janvier 2015, par

L’annonce risque de faire un choc chez les amateurs des jeux-vidéo japonais historique et surtout des consoles Nintendo. La marque nippone a annoncé quitter le marché brésilien suite aux problèmes douaniers et aux taxes locales. Ce n’est donc pas forcément un « adieu » que lance Nintendo aux brésiliens mais peut-être un « au revoir » qui risque de durer longtemps.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
C’est à contrecœur que Nintendo a annoncé quitter le sol brésilien en ce début d’année 2015. En particulier, c’est le partenariat avec Juegos de Video LatinoAmerica qui prend un terme et que Nintendo n’a pas voulu renouveler. Juegos de Video distribuait en effet les consoles et les jeux de la marque japonaise.

Toutefois les taxes imposées à Nintendo ne lui permettaient pas d’être compétitive face aux autres géants du jeu-vidéo, Sony, avec sa PS4, et Microsoft, avec sa xBox. Une Wii U, dernière console de Nintendo, affichait en effet près de 600 euros au Brésil alors qu’en Europe elle est proposée à 299 euros, ce qui en fait une console peu chère face à ses concurrentes de dernière génération.

Dans son communiqué, Nintendo précise bien que ce sont les « contraintes dans l’environnement commercial local » qui ont conduit la firme à cette décision importante. Notamment « les droits de douane qui concernent notre secteur ». La porte reste néanmoins ouverte à un retour de Nintendo au Brésil dans les années à venir.

L’autre solution pour Nintendo, afin de réduire les taxes qui pèsent sur ses consoles importées, ce serait d’ouvrir une ligne de production dans le pays. Mais l’investissement risque de ne pas être supportable à l’heure actuelle : Nintendo a en effet du mal à suivre le mouvement et à être compétitive face à Sony et Microsoft.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement