Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Royaume-Uni : vers une baisse d'impôts pour les entreprises après le Brexit





Le 12 Septembre 2016, par

La sortie de l'Union Européenne, décidée par le peuple britannique le 23 juin 2016, risque de causer un exode massif des entreprises qui veulent garder un accès au marché unique européen. Pour éviter ça, dès le lendemain de l'annonce du résultat du référendum, le ministère des Finances britannique avait émis la possibilité de baisser le taux d'imposition actuellement appliqué. Malgré un changement de gouvernement, l'idée reste à l'ordre du jour.


cc/pixabay
cc/pixabay
En juillet 2016 l'alors Chancelier de l'Echiquier de l'ancien Premier ministre David Cameron, George Osbourne, avait estimé possible une baisse de l'impôt sur les sociétés au Royaume-Uni. Le taux d'imposition aurait pu chuter à 15 % dans les années qui auraient suivi le Brexit. L'idée, bien que portée par son successeur, reste d'actualité.

Philip Hammond, qui a pris le rôle de Chancelier de l'Echiquier après la démission de David Cameron (remplacé par Theresa May) et de son gouvernement, n'a pas changé d'avis. Lors de la réunion d'ECOFIN qui s'est tenue le 10 septembre 2016 il aurait détaillé une partie du projet de baisse d'impôt sur les sociétés sur lequel il travaille.

Rien d'officiel n'a été annoncé et l'information a été révélée à la presse par des personnes présentes lors de la réunion mais l'idée est bien la même que celle de George Osbourne : afin de réduire les risques de départ des entreprises, le gouvernement britannique va leur faire un cadeau fiscal. Il sera simplement moins élevé que celui annoncé par George Osbourne.

Philip Hammond prévoit, selon ce qui a été présenté lors de la réunion ECOFIN et qui n'a pas été confirmé par son cabinet, une baisse d'impôt de 1 % dès 2017 et de 3 % d'ici 2020. Actuellement, le taux d'imposition au Royaume-Uni est de 20 % ce qui ferait tomber le taux à 19 % pour 2017 et 17 % en 2020.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook