Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Uber dépose une nouvelle plainte contre la France





Le 18 Février 2015, par

A défaut de réussir à faire changer d'avis le gouvernement ou à calmer les taxis qui s'insurgent contre son service illégal dans l'Hexagone, Uber tente la voie juridique pour la deuxième fois. Une nouvelle plainte a été déposée par la start-up américaine contre la France auprès de la Commission européenne. Et elle menace de faire pareil contre les autres pays européens qui ne veulent pas d'elle.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
En octobre 2014 était adoptée la loi Thévenoud malgré la mobilisation forte d'Uber contre ce texte. Une loi qui avait apaisé la grogne des taxis et qui interdisait à Uber et à ses conducteurs d'utiliser l'application UberPop. Cette application est illégale depuis le 1er janvier 2015 ; mais Uber ne s'est pas pliée à la loi. L'application fonctionne toujours et les autorités françaises ont commencé à interpeller les chauffeurs d'Uber qui risquent gros.

Même l'annonce de Travis Kalanick, PDG d'Uber, de créer 50 000 emplois en Europe en échange d'un peu de lest sur ses activités n'y aura rien fait. En France comme en Allemagne ou en Espagne Uber est "persona non grata".

Alors à défaut de faire plier les gouvernements européens à sa bonne volonté, et à défaut de se plier à la loi, Uber a déposé une plainte auprès de la commission européenne dans l'objectif de faire annuler la loi Thévenoud. Selon Uber, " Les mesures prescrites par la loi enfreignent sérieusement un certain nombre de dispositions fondamentales et des principes du droit de l'Union européenne" peut-on lire sur un extrait de la plainte publiée par Les Echos.

C'est la deuxième plainte qu'Uber dépose contre la France. Et pour la première fois la start-up américaine compte reproduire la chose contre l'Allemagne et l'Espagne dans l'espoir de forcer les autorités européennes à contraindre les Etats-membres d'autoriser ses activités.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook