Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

3,4 milliards d’euros d’aides de la PAC versées par erreur aux agriculteurs





Le 9 Décembre 2013, par

Lors du virement des aides de la PAC de la part du Crédit Agricole Ile-de-France, filiale de la banque qui centralise la gestion de ce type de paiement, un bug informatique a entraîné le versement, par erreur, de plus de 3,4 milliards d’euros aux agriculteurs.


cc/flickr/Greg Bellemont
cc/flickr/Greg Bellemont
Près de 350 000 agriculteurs français se sont retrouvés, le 3 décembre 2013, avec une somme d’argent sur le compte deux fois supérieure que celle prévue. Ce jour-là, ils devaient recevoir les aides de la Politique Agricole Commune de l’Union Européenne (PAC) d‘un montant moyen de 20 000 euros par personne pour un total de 3,4 milliards d’euros pour ‘ensemble des agriculteurs français.

Mais le Service de Paiements de la banque aurait subi un bug informatique de grande envergure. Les montants versés aux bénéficiaires de ces aides auraient tout simplement été doublés. Au lieu de 20 000 euros ce sont 40 000 euros en moyenne qui ont été versés soit une erreur de près de 3,4 milliards d’euros pour le Crédit Agricole qui se justifie en expliquant qu’il s’agit là d’une « erreur technique aggravée par une défaillance humaine au sein de la filiale Crédit Agricole Technologies ».

L’erreur, rapidement identifiée, a été rapidement corrigée et dans les 24 heures qui ont suivi ce virement erroné, le trop-perçu de l’ensemble des agriculteurs concernés a été retiré de leurs comptes respectifs, rétablissant ainsi les sommes exactes.

Mais ce ne serait pas une première pour la banque, selon les révélations du Journal du Dimanche. Le 27 novembre 2013, une première erreur informatique aux effets similaires aurait entraîné le versement, en double, des salaires des quelques 8 000 employés de France télévision, soit un versement total de 94 millions d’euros au lieu des 47 millions prévus.

Pourtant, Crédit Agricole fait office d’exemple en matière d’identification de bugs informatiques, notamment au niveau de son Service Paiements qui a reçu récemment une distinction européenne dans ce domaine.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook