Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

93 % des Français utilisent des mots de passe faibles





Le 17 Avril 2019, par Paul Malo

À l’approche de la journée mondiale du mot de passe, la dernière étude signée Avast révèle les [mauvaises] pratiques des Français en la matière


Trop d'informations personnelles dans les mots de passe

Les Français ne protègent pas correctement leurs comptes sur Internet. C'est ce qu'a constaté Avast, le leader mondial de la sécurité digitale, constate grâce à une enquête en ligne. Selon elle, 93 % des Français n’incluent pas tous les éléments suivants lors de la création de leurs mots de passe : chiffres, caractères spéciaux, lettres majuscules et minuscules, et qu’ils ne créent pas de mots de passe d’au moins 10 caractères. L’enquête a également révélé que plus de la moitié des Français (51 %) utilisent le même mot de passe pour protéger plusieurs comptes, ce qui augmente le risque de piratage de ces derniers.

De nombreux Français incluent dans leurs mots de passe des données personnelles, souvent disponibles sur leurs comptes de réseaux sociaux, et qui peuvent être exploitées par les cybercriminels, comme par exemple leur propre nom ou le nom d’un membre de leur famille (20 %), le nom de leur animal de compagnie (13 %), leur date de naissance (15 %)...
 

Des identifiants trop faibles

Cette enquête révèle que les Français ne créent toujours pas de mots de passe forts. En particulier, bon nombre omettent de choisir des mots de passe d’au moins 10 caractères et d’inclure des chiffres, des caractères spéciaux et des lettres majuscules et minuscules (93%). Ou de définir des mots de passe d’au moins 10 caractères et d’inclure des chiffres et des caractères spéciaux (91 %).
 
« Les cybercriminels recueillent des données personnelles, comme les identifiants de connexion, auprès de diverses sources, y compris à partir de violations de données, et les vendent à d’autres cyberpirates pour qu’ils les exploitent, explique Luis Corrons, Security Evangelist, chez Avas. Les multiples transferts de données sur le darknet ont récemment attiré l’attention avec la publication de la Collection #1, qui contenait 87 Go de données personnelles volées, dont plus de 770 millions d’adresses e-mail. Créer des mots de passe forts et uniques pour chaque compte en ligne est presque impossible. C’est pourquoi les internautes créent des mots de passe faibles et faciles à retenir, ou réutilisent les mêmes mots de passe pour plusieurs comptes en ligne. »
 

Une pratique risquée

Plus de la moitié (51 %) des répondants réutilisent les mêmes mots de passe pour protéger plusieurs comptes, et 84 % de ceux qui le font ont admis être conscients que cette pratique est risquée. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils s’en tenaient encore à cette habitude, 50 % ont indiqué qu’ils ne pouvaient mémoriser qu’un nombre limité de mots de passe, 26 % ont répondu qu’ils ne trouvaient pas que les informations figurant sur leur compte étaient précieuses, et 18 % étaient trop paresseux pour changer leur mot de passe.

66 % des Français n’ont jamais vérifié si leur adresse électronique avait été impliquée dans une violation de données. En moyenne, moins d’une personne sur quatre (20 %) a changé son mot de passe après avoir été informée d’une violation de données, 32 % ne l’ont jamais changé, 24 % le font une fois par an, 11 % tous les six mois, et seulement 13 % changent leur mot de passe au moins tous les trois mois ou plus souvent.  

 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook