Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

À Bucarest, le prix de la Zoe varie en fonction de la pollution en ville





Le 10 Juin 2019, par François Lapierre

À Bucarest, plus la pollution grimpe, plus le prix de la Zoe baisse ! C’est la nouvelle opération marketing de Renault pour promouvoir sa petite citadine électrique.


À Bucarest, une des villes les plus congestionnées et polluées en Europe, Renault fait la promotion de sa Zoe d’une manière très originale. Le constructeur s’engage à baisser le prix de sa voiture électrique en fonction du niveau de la pollution ressentie en ville, explique le site Electrek. Le tout en temps réel ou presque, puisque Renault a installé un panneau publicitaire géant affichant le niveau de CO2 relevé dans la capitale roumaine, avec le prix du véhicule, en hausse ou en baisse en fonction. 

 

Cette opération publicitaire originale, baptisée DisCO2unt, a nécessité l’installation d’un réseau de capteurs de CO2. Le prix de la Zoe varie toutes les six minutes, en se basant sur la moyenne des relevés. L’automobiliste intéressé par un prix affiché sur le panneau peut s’enregistrer sur l’application mobile de la campagne, puis se rendre chez un concessionnaire pour repartir avec le véhicule vendu à rabais. 

 

La Zoe est normalement vendue au prix de 23 550 euros. Mais la variation due au niveau de pollution de la ville peut ramener ce tarif à 18 000 euros. De quoi faire une bonne affaire… Ce panneau servira aussi (et surtout ?) à alerter les habitants de Bucarest du niveau de pollution de leur ville.




Tags : renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook