Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

À la SNCF, une grève dure se prépare





Le 1 Avril 2018, par

La galère va commencer dès le début de la semaine prochaine pour les usagers des transports en commun. Les syndicats vont lancer leur mouvement de grève perlée à compter du 3 avril : deux jours de grève tous les cinq jours, jusqu'au 28 juin.


Dès lundi soir, 19h, les premières perturbations vont commencer, malgré tout la SNCF a indiqué dans ses prévisions que le trafic serait « normal ». Les retours du long week-end de Pâques seront-ils épargnés ? Rien n'est moins sûr et dans ces conditions, mieux vaut prévoir une solution alternative. C'est mardi que le trafic sera particulièrement difficile à la SNCF. La direction annonce un TGV sur huit en moyenne, un Intercités sur huit, un TER sur cinq et un Transilien sur cinq (aucun train n'est prévu sur les lignes R et U). Les Franciliens vont devoir gérer un RER A sur deux, un RER B sur trois, un RER C sur cinq, et un RER D sur quatre.

Afin d'éviter une galère trop importante pour les usagers, la SNCF a mis en place depuis le début de l'année une prime de « conducteur occasionnel » pour les cadres invités à prendre le relais pendant les grèves. Guillaume Pépy, dans le Journal du Dimanche, ne se fait pas d'illusion : il y aura des fermetures de lignes pendant le mouvement, qualifié de « très pénalisant » pour les clients de l'entreprise ferroviaire. La grève a été pensée pour avoir un « maximum d'impact sur le trafic et être le plus économe possible pour les grévistes », assure le patron de la SNCF.

Les syndicats, parmi lesquels la CGT, l'Unsa, la CFDT et SUD-Rail, bataillent contre le gouvernement sur la réforme de la SNCF, à savoir l'extinction du statu des cheminots, l'ouverture à la concurrence, la transformation de l'entreprise en société anonyme (ce qui fait craindre une privatisation de la SNCF). Cette réforme « ne règlera pas le sujet de la dette, ni celui des dysfonctionnements », assure les organisations syndicales. Elisabeth Borne, la ministre des Transports, juge « incompréhensible » l'attitude des syndicats alors que « le gouvernement est dans le dialogue ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook