Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbnb : dites adieu à la niche fiscale





Le 9 Juillet 2024, par Paolo Garoscio

La décision du Conseil d'État du lundi 8 juillet 2024 concernant la suppression de la niche fiscale Airbnb est un coup dur pour les propriétaires adeptes de la location meublée saisonnière en France. La niche fiscale, véritable aubaine, est tout simplement supprimée après des décisions contraires.


La niche fiscale Airbnb : qu'est-ce que c'est ?

La niche fiscale Airbnb permettait aux loueurs de bénéficier d'abattements forfaitaires substantiels sur leurs revenus locatifs. En optant pour le régime "micro-BIC", les propriétaires pouvaient déduire jusqu'à 50% des revenus locatifs, avec une limite de 77.700 euros, et même 71% pour les meublés de tourisme classés, jusqu'à 188.700 euros. Ces avantages fiscaux rendaient la location meublée de courte durée via des plateformes comme Airbnb particulièrement attractive.

Un amendement sénatorial, intégré par erreur dans la loi de finances pour 2024, visait à réduire ces avantages fiscaux. L'abattement aurait été ramené à 30%, avec une limite de 15.000 euros, alignant ainsi la fiscalité des locations meublées sur celle des locations non meublées. Mais le gouvernement a décidé, de lui-même, de conserver cette niche fiscale pour les revenus de l’année 2023.

Le Conseil d’État tranche contre Airbnb

Des élus de tous bords, tels que les sénateurs Ian Brossat (communiste) et Max Brisson (LR), ainsi que plusieurs organisations professionnelles, ont exprimé leur indignation face à cette modification. Franck Trouet, directeur général du Groupement des hôtelleries & restaurations de France (GHR), a souligné : « Le droit doit être respecté. Ce qui a été fait par la loi doit être défait par la loi et ne peut pas être corrigé par les services de Bercy. »

Le Conseil d'État a tranché en faveur des contestataires, stipulant que la modification des avantages fiscaux doit se faire par une nouvelle loi. Cette décision intervient après la campagne de déclaration des revenus de 2023, garantissant ainsi aux contribuables de bénéficier pleinement de la niche fiscale pour cette année, la décision n’étant pas rétroactive. Quentin Michelon, délégué général de l'Association pour un tourisme professionnel qui a fait partie de la saisine du Conseil d’Etat, a relativisé cette victoire en affirmant que « cela conforte aussi le fait que le droit actuel s'appliquera bien aux revenus de 2024. Nous y serons très attentifs. »

La décision du Conseil d'État a des implications majeures pour les propriétaires de locations meublées touristiques. La suppression de la niche fiscale rend ces locations moins avantageuses, ce qui pourrait inciter certains propriétaires à remettre leurs logements sur le marché locatif classique.





1.Posté par Franck Jaeger le 09/07/2024 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci de tuer les gîtes. Personne n’en parle c’est fou ! À force de s’acharner sur les Airbnb personne ne pense aux propriétaires de gîtes touristiques, qui sont quand même une tradition culturelle française. Cette loi nous empêche de vivre de cette activité avec ma famille, du coup on dégage pour aller crever et on libère le logement pour le « remettre sur le marché » c’est ça ? …

2.Posté par Sophie d. le 09/07/2024 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans ce pays il y a des décisions qui sont prises par des personnes qui manquent de visibilité sur les conséquences. Il y a tellement d’erreurs dans le texte de loi en question que les juristes ne savent même pas comment l’interpréter ! Et en effet, belle balle perdue pour les gîtes de France dont tout le monde se fou visiblement et qui sont mis dans le même panier que Jean-Charles l’investisseur en séries aux 34 appartements sur airbnb.
Bravo les gars 👍

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook