Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus détaille le « parachute doré » de Tom Enders





Le 3 Avril 2019, par François Lapierre

Le « parachute doré » de Tom Enders, futur ex-patron d’Airbus, fait polémique, en particulier à un moment où le revendications qui portent sur le pouvoir d’achat et les rémunérations sont fortes.


Le chiffre de 36,8 millions d’euros versé à Tom Enders, qui quittera Airbus ce 10 avril, a fait bondir. Dans Les Échos, Bruno Le Maire le ministre de l’Économie a estimé que la somme pouvait « porter atteinte à la réputation d’Airbus ». Calculée par le cabinet Proxinvest et dévoilée par Le Monde, il est vrai qu’elle impressionne. Notamment dans un contexte où les « gilets jaunes » arpentent toujours les rues avec comme revendication une meilleure répartition des richesses. Mais le constructeur aéronautique a tenu à défendre ses pratiques de rémunération. 

 

Tom Enders va tout d’abord bénéficier d’une retraite de 900 000 euros par an. Calculée selon le droit allemand, cette retraite représente 60% de son salaire de base. Airbus a provisionné une somme sur vingt ans, soit l’espérance de vie d’un homme allemand (80 ans). À cela s’ajoute une clause de non-concurrence fixée à 3,2 millions d’euros sur douze mois, soit 266 000 euros par mois. Enfin, Tom Enders recevra le fruit d’actions qui lui ont été attribuées entre 2014 et 2017.

 

La valeur de ces actions oscillent entre 5 et 10 millions d’euros. Devant la controverse, le Medef a précisé qu’Airbus étant une société de droit néerlandais, elle n’avait pas à appliquer le code de bonne conduite Afep-Medef concernant la rémunération de ses dirigeants. Pas non plus de vote consultatif pour le montant du « package » de Tom Enders en assemblée générale.




Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook