Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Alimentaire : les renégociations commerciales devraient faire baisser les prix





Le 1 Mai 2023, par François Lapierre

La baisse des prix devrait être visible dès la rentrée de septembre suite aux renégociations commerciales entre professionnels de l’agroalimentaire. La pression s'accentue sur les industriels pour qu'ils répercutent la baisse des cours de certaines matières premières sur les prix proposés à la grande distribution.


Pression sur les industriels de l'alimentation

Olivia Grégoire annonce une baisse visible des prix à la rentrée de septembre suite aux renégociations entre les distributeurs et les industriels de l'agroalimentaire. Au micro de France Inter, la ministre déléguée chargée du Commerce s'attend à ce que les prix reviennent à ce qu'ils étaient avant la flambée de l'inflation, en affirmant que les distributeurs ont déjà engagé des renégociations commerciales. 

Selon Olivia Grégoire, « certains distributeurs ont engagé, déjà, des renégociations commerciales [dont les] fruits vont porter à l’été et je peux avec une certaine certitude vous affirmer que nous aurons à la rentrée de septembre une baisse visible des prix dans les rayons sur l'inflation alimentaire ». Elle n'est pas la seule à montrer un certain optimisme en la matière. François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, confirme également que l'inflation des prix alimentaires devrait faiblir au second semestre, d’ici juin ou même avant.

Des renégociations commerciales pour répercuter la baisse des cours des matières premières

La ministre appelle les industriels de l'agroalimentaire à prendre leur part en répercutant la baisse des cours de certaines matières premières, comme le blé, sur les prix proposés à la grande distribution. Quant à Elisabeth Borne,  elle estime qu'après les efforts des distributeurs et de l'État, c'est au tour des fournisseurs de baisser leurs prix. Les négociations commerciales entre les industriels et les enseignes de la grande distribution se déroulent du 1er décembre au 1er mars. Mais depuis la clôture des négociations début mars, les prix des matières premières et de l’énergie ont chuté.

Les analystes indiquent toutefois que  le calcul des prix reste complexe et que les marques ont tenté de réduire leurs marges pour ne pas appliquer immédiatement les hausses de cours sur leurs produits. Une fois les tarifs modifiés avec la grande distribution, les industriels pourraient proposer un nouveau produit avec un packaging différent pour offrir un prix unitaire plus attractif pour le consommateur.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook