Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Allemagne : l'économie au point mort





Le 19 Novembre 2018, par Anne Poirier

Une première depuis 2015 : l'Allemagne, « moteur » économique de l'Europe s'essouffle. Elle fera moins bien que l'expansion de 2,1 % attendue par la Commission Européenne.


Un fléchissement de l'industrie Outre-Rhin

Le PIB allemand s'est contracté de 0,2% au troisième trimestre. Cette contre-performance s'explique notamment par le fléchissement de l'industrie outre-Rhin. Entre le premier et le troisième trimestre, la variation annuelle de la production industrielle est tombée de 3,8% à 0,8%. Il est vrai que le fleuron de l'industrie allemande les groupes automobiles, qui génèrent près de 13% du PIB allemand, ont notamment été pénalisés fortement par de nouvelles normes environnementales. Ce secteur reste vulnérable au ralentissement de la demande chinoise et à la potentielle instauration de nouvelles taxes douanières américaines, tant en Europe qu'en Chine. D'après le FMI, une escalade des tensions commerciales serait très préjudiciable à l'Allemagne, alors que son excédent commercial se réduit : 15,3% de ses exportations partent en Chine et aux États-Unis.

De plus le climat des affaires souffre, de la montée des risques politiques, tant en Europe (Brexit, Italie…) qu'en Allemagne. Les récents revers électoraux de la CSU et de la CDU en Bavière et en Hesse et la décision d'Angela Merkel de ne pas briguer de nouveau mandat à la tête de son parti, placent les Allemands dans une période d'instabilité politique à laquelle ils ne sont plus vraiment habitués.

Un budget 2019 à l'équilibre

Cependant l'Allemagne ne semble pas prête à renouer avec sa situation économique des années 2000. La consommation des ménages, principal pilier de la croissance, affiche depuis trois ans "un rythme de croissance d’environ 2%, soit près du double de sa moyenne de long terme", souligne une étude d’UBS. Le faible du taux de chômage devrait en outre permettre aux salaires d'augmenter en moyenne de 2,9% cette année, et de 3,1% en 2019.

Il faut souligner aussi que le Bundestag devrait adopter en décembre un budget 2019 une nouvelle fois à l'équilibre. La dette publique devrait bientôt représenter moins de 60% du PIB contre plus de 80% en 2010 . Les finances publiques de l'Allemagne lui offrent aussi des marges de manœuvre confortables pour stimuler son économie en cas de besoin.

 

 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook