Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Amazon prolonge la suspension d'activité dans ses entrepôts jusqu'au 13 mai





Le 8 Mai 2020, par Olivier Sancerre

Les entrepôts français d'Amazon resteront fermés jusqu'au 13 mai. La filiale française du géant du e-commerce est sous le coup d'une décision de justice limitant son activité à la vente de produits non-essentiels.


Produits essentiels

L'affaire Amazon est loin d'être terminée. Le jugement qui interdit l'entreprise de vendre des produits non-essentiels en France a été confirmé par la Cour d'Appel de Versailles. Plutôt que de se soumettre à cette décision, le vendeur a préféré fermer ses six centres de distribution français. « L’astreinte, telle que précisée par la Cour d’Appel, nous oblige à envisager de poursuivre la suspension d’activité de nos centres de distribution français jusqu'au mercredi 13 mai inclus », explique le groupe dans un communiqué. La proposition, discutée avec le comité social et économique vendredi 8 mai, n'aurait pas d'impact sur la rémunération des salariés qui reste assurée à 100% par l'entreprise.

Amazon indique également poursuivre le dialogue avec les représentants du personnel pour finaliser le processus d'information et de consultation en cours. « Nous travaillons activement pour reprendre une activité normale, dans l’intérêt de nos clients en France, de nos collaborateurs et des TPE et PME françaises qui comptent sur Amazon pour développer leur activité », précise le groupe. Il est toujours possible de passer commande sur Amazon France, mais ce sont les entrepôts étrangers de l'entreprise qui prennent le relais.

Évaluation sanitaire

C'est le tribunal de Nanterre qui, le 14 avril, a estimé qu'Amazon devait ne plus livrer que des produits alimentaires, de santé et d'hygiène. La justice exige une évaluation des risques liés à l'épidémie de coronavirus dans ses entrepôts, où l'entreprise emploie 10.000 personnes. Le groupe s'est défendu en mettant en avant les mesures sanitaires mises en œuvre dans ses sites de distribution. Le jugement fait suite à une plainte du syndicat Sud Commerce estimant qu'Amazon mettait en danger la vie de ses salariés.

La Cour d'Appel a réduit le montant de l'astreinte (d'un million d'euros, elle est passée à 100.000 euros) et élargi la liste des produits dits essentiels, tout en demandant une évaluation des risques sanitaires. Amazon se pourvoit en cassation. Plus globalement, le groupe va consacrer 4 milliards de dollars pour protéger ses employés partout dans le monde.



Tags : Amazon

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook