Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Amazon veut inciter les employés mécontents à quitter leur emploi par une prime





Le 11 Avril 2014, par

Amazon fait de plus en plus face à des critiques concernant les conditions de travail de ses entrepôts de logistique. Des critiques unanimes partagées par tous les entrepôts qu’ils soient aux Etats-Unis, en France ou en Allemagne. Chez nos voisins d’outre-Rhin, d’ailleurs, des grèves sont ponctuellement organisées pour obtenir une amélioration du salaire.


cc/flickr/Scottish government
cc/flickr/Scottish government
Jeff Bezos a donc décidé de mettre un terme à ses critiques non pas en améliorant les conditions de travail mais en incitant les salariés peu contents à quitter l’entreprise. Il a lancé, pour cela, la campagne « Pay to leave », littéralement « payer pour quitter » aux Etats-Unis. Et pour lui, cette campagne fera du bien à la fois à l’entreprise et aux employés.

Car le PDG d’Amazon n’est pas dupe. En incitant les salariés mécontents à partir grâce à de l’argent cash, il va améliorer ses équipes, l’humeur au sein des locaux et également la productivité. Et il fait même une bonne action puisque le salarié mécontent va pouvoir quitter serein l’entreprise avec un petit chèque.

Amazon proposera donc tous les ans un chèque qui, la première année, sera de 2000 dollars. Puis la somme augmentera de 1000 dollars par an pour atteindre un maximum de 5000 dollars. Une campagne lancée aux Etats-Unis que le groupe pourrait, en cas de succès, exporter en Europe.

Toutefois, cette pratique ne manquera pas de soulever des critiques alors que le marché de l’emploi est quelque peu bouché. Même si outre-Atlantique la situation semble s’améliorer, le chômage reste élevé et inciter les employés à partir avec de l’argent pourrait empirer la situation.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook