Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Angela Merkel voudrait un euro plus fort





Le 19 Février 2017, par

Pour Angela Merkel, l'euro est « sous évalué ». L'Allemagne a besoin d'un euro plus fort qu'il ne l'est actuellement. La monnaie unique tourne en effet depuis quelques semaines autour de la parité avec le dollar, ce qui ne fait pas les affaires d'un pays aussi exportateur.


C'est durant la visite en Allemagne de Mike Pence, le vice-président américain, que la Chancelière a reconnu que la valeur de l'euro était trop basse et que cela posait un problème à l'Allemagne. Malgré ce constat, Berlin ne peut pas faire grand chose : c'est la Banque centrale européenne, souveraine, qui décide de la politique monétaire de la zone euro.

Angela Merkel a cependant déclaré que la politique menée par la BCE correspondait aux besoins d'économies de pays comme le Portugal ou la Slovénie, pas à ceux de l'Allemagne. Si le pays avait encore le deutsche mark, a noté la dirigeante, sa valeur serait bien différente de celle de l'euro. Mais « il s'agit d'une politique monétaire indépendante sur laquelle je n'ai pas d'influence en tant que Chancelière allemande ».

Ces déclarations ont été faites alors que l'on a pu se plaindre, du côté de l'administration Trump, d'un euro « largement sous-évalué » par rapport à la devise américaine. Cela n'empêche pas les ventes de produits américains en Europe, comme Angela Merkel l'a fait remarquer en notant la présence en nombre d'appareils Apple : « Il y a sans doute encore de la place dans la 5e Avenue pour des voitures allemandes »…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : euro

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook