Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Areva avait connaissance des défauts de l'EPR de Flamanville depuis 2006





Le 8 Juillet 2015, par Léa Pfeiffer

Selon le Canard enchaîné le géant industriel Areva a « menti par omission » à propos des dysfonctionnements des réacteurs nucléaires français. Areva serait au courant depuis 2006. Ils n'ont été dévoilés qu'en 2014.


Jean-Yves Desfoux/Maxppp
Jean-Yves Desfoux/Maxppp

Des découvertes inquiétantes

Un document de 32 pages de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) révèle qu’Areva menait, déjà en 2006, des études sur le réacteur de Flamanville dont les résultats étaient déjà pour le moins inquiétants.

Le couvercle du réacteur normand, d'après le document en question, concentre à certains endroits deux fois plus de carbone que le maximum autorisé. Le couvercle est donc plus faible et moins apte à résister à de fortes pressions. Problème : c'est ce couvercle qui protège le coeur du réacteur et tout le combustible nucléaire.

"Ce qui nous a surpris, c'est que les gens d'Areva n'aient pas réagi devant une valeur anormale aussi élevée", raconte à l'hebdomadaire satirique, Sylvie Cadet-Mercier, responsable du suivi des nouveaux réacteurs à l'IRSN.

Les nouvelles cuves moins modernes que les anciennes

Le rapport fourni à l’ASN, l'agence de l'Autorité de sûreté nucléaire, révèle également que le nouvel EPR de Flamanville, n'est pas le fleuron de l’industrie nucléaire française qu'il se voulait être. Il est même moins moderne que certains des plus anciens réacteurs du pays. Areva utiliserait pour les calottes de cuve du réacteur numéro 3 du site une “technologie en régression technique par rapport à celles utilisées pour le parc en exploitation”.

 

Les réactions de l’ASN rapportées par le Canard enchaîné sont sévères. Une erreur “incompréhensible” et un intolérable manque de “professionalisme”. Et potentiellement coûteuse ! Mauvaise nouvelle, à l'heure où le budget prévisionnel du chantier a explosé, passant de 3,2 à 9 milliards d’euros. De son côté, Areva estime que le surplus de carbone est le résultat du “refroidissement des grands lingôts” et ajoute que “c’est la physique qui veut ça!”

« A la question de savoir s’il y a eu dissimulation, la réponse est catégoriquement non », conclut le porte-parole.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook