Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Assurance vie : pourquoi opérer des versements avant 70 ans ?





Le 24 Janvier 2022, par Partenaire

À quel moment est-il judicieux de faire des versements pour son assurance vie ? Si vous désirez le savoir, cet article vous est destiné.


 

Les avantages de faire des versements sur son assurance vie avant 70 ans


Nourrissez-vous le désir de souscrire à une assurance vie ? Si votre réponse est positive, sachez qu’il serait très judicieux pour vous de le faire avant 70 ans. En le faisant à ce moment, vous profiterez de plusieurs avantages et exonérations fiscales. Découvrez ici pourquoi concrètement il est intéressant de faire des versements sur son assurance vie avant 70 ans.
 

Profiter d’un abattement pour les versements opérés avant 70 ans sur votre assurance vie


L’assurance vie est un accord bipartite par lequel l’assureur s’oblige, en contrepartie de paiement de primes du souscripteur, à verser une rente ou un capital à l’assuré ou à ses bénéficiaires pour cause de mort. Lorsque les versements de cette assurance sont effectués avant l’âge de 70 ans, les sommes versées n’entrent pas dans le calcul des droits de succession. Ils sont donc exonérés des droits de transmission grâce à un abattement.
Par conséquent, si vous trépassez, le capital de l’assurance vie c’est-à-dire les primes que vous avez versées augmentées des intérêts sera transmis hors droit de succession à vos ayants droit jusqu’à la hauteur de 152 500 euros par bénéficiaire. Plus précisément, les exonérations sont accrues en fonction du nombre des bénéficiaires. Au vu de ceci, il serait bénéfique pour vous de cumuler les bénéficiaires. Vous pouvez étendre l’assurance vie à vos enfants ainsi qu’à vos petits-enfants.

À titre d’exemple, pour un contrat d’assurance avec 6 bénéficiaires, vous bénéficierez d’une exonération totale d’un montant atteignant la bagatelle des 915 000 euros. Intéressante affaire n’est-ce pas ? Il est donc judicieux financièrement parlant de faire ses versements avant les 70 ans.
 

Un traitement fiscal favorable lorsque les versements sont opérés après 70 ans 


Comme, précisé plus haut, au décès du souscripteur, lorsque chaque bénéficiaire de l’assurance vie pris individuellement profite d’une d’un capital supérieur ou égal à 152 500 euros, le capital a versé aux bénéficiaires, est exonéré. En revanche, lorsque le montant y est supérieur, un prélèvement fiscal est appliqué.

Avec un montant supérieur à 152 500 euros, un prélèvement forfaitaire de l’assureur intervient, au taux de :
  • 20 % pour la partie du capital se trouvant entre 152 500 euros et 700 000 euros ;
  • 31,25 % pour la partie du capital dépassant 700 000 euros
 
En comparaison aux taux pratiqués en matière successorale, ces taux paraissent assez alléchants. Les taux appliqués en matière successorale peuvent dépasser les 45 % entre parents et enfants et 60 % entre personnes n’ayant aucun lien filial. Vous constatez donc par vous-même que le traitement fiscal est assez favorable.

Pour exemplifier ce qui a été affirmé ci-dessus, supposons avant 70 ans que vous ayez versé un montant total de 350 000 euros au titre de votre contrat d’assurance. À votre décès, votre contrat est considéré comme ayant une valeur de 66600 euros. Vous avez pour bénéficiaires vos deux enfants et votre conjoint.
 
Bénéficiaires de l’assurance vie
 
 
1er enfant 2e enfant Conjoint
Répartition du capital
 
 
220 000 euros 220 000 euros 220 000 euros
Abattement
 
 
152 500 euros 152 500 euros Exonération
Somme restante après abattement
 
69 500 euros 69 500 euros Exonération
Impôt dû (Application de la taxe au taux de 20 %) 13 900 euros 13 900 euros Exonération
 
 
 

Quel traitement fiscal après 70 ans ?



Le versement de somme d’argent pour une assurance vie après l’âge de 70 ans est exempté des droits de transmission que pour un montant seuil de 30 500 euros seulement. Cette somme est la même pour tous les bénéficiaires et pour tous les contrats que vous détiendrez.

Autrement dit, les bénéficiaires à l’exclusion de votre conjoint qui reste dispensé de droits de succession se répartiront cet abattement selon le capital perçu. Au-dessus de ce montant, les droits successoraux s’appliquent en fonction de l’étroitesse des liens filiaux avec les bénéficiaires.
 

Assurance vie : profitez de la souplesse d’un contrat d’épargne


Contrairement aux idées reçues, l’épargne faite dans le cadre d’une assurance vie n’est pas bloquée à vie. Vous avez la possibilité de retirer vos sous dès que vous en ressentez le besoin. Le mécanisme qui vous permet d’avoir accès à votre liquidité est appelé le rachat. 

On en distingue principalement deux types, le rachat partiel (vous ne toucherez qu’une partie de la valeur vénale de votre contrat) et le rachat total (vous toucherez l’entièreté de la valeur de votre contrat, mais vous perdrez l’antériorité fiscale de votre contrat). Aussi, ce type d’assurance vous permet d’opérer une capitalisation progressive. C’est-à-dire que vous avez la faculté de verser vos primes selon votre propre agenda.
 

La fiscalité en cas de rachat


L’assurance vie avant 70 ans offre des avantages confortables en cas de rachat. Lorsque vous faites un retrait (capital augmenté des intérêts) qu’il soit partiel ou total, l’assiette à taxer ne sera composée que des intérêts. Le capital ne sera donc pas taxé.

La fiscalité qui sera appliquée aux intérêts quant à eux sera fonction de l’âge du contrat et du moment où les primes ont étés versées. Le cadre fiscal a une rentabilité appréciable de 8 ans. Outre le taux de taxation très bas dont vous bénéficierez, vous aurez droit également à un abattement annuel sur les intérêts dégagés par votre contrat.
 

Assurance vie : Profitez d’un taux de rendement alléchant


Selon des études françaises dans le domaine des assurances, lorsque l’assurance vie est faite avant 70 ans, il représente un bien meilleur placement par rapport aux autres produits sécurisés tels que le type de livret A, le livret de développement durable ou PEL et bien d’autres encore.

Selon la fédération française, le taux moyen de rendement constaté est de 1,10 %. Or, généralement, les banques ou autres institutions d’épargne ont du mal à accorder un tel taux d’intérêt encore que ces derniers dépassent les 3 % de frais net par an. Quoique, comparaison ne soit pas raison, l’assurance vie apparait quand même comme un bien meilleur choix.


 



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook