Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Automobile : nouvelle baisse des immatriculations neuves en février





Le 2 Mars 2021, par Olivier Sancerre

Le marché automobile français est encore loin de rebondir. Au mois de février, le nombre d'immatriculations neuves a encore reculé pour le septième mois consécutif.


Les marques françaises en difficulté

Les Français préfèrent garder leur argent au chaud et « repoussent leurs achats lourds », a expliqué François Roudier du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). En février, le nombre d'immatriculations neuves a ainsi reculé de 21% au même mois de 2020, avec 132.637 voitures vendues. Les marques françaises ont fait pire que la moyenne : Stellantis, qui regroupe PSA et Fiat Chrysler, enregistre une chute de 25,64% de ses immatriculations neuves. Le groupe Renault ne fait guère mieux avec une baisse de 22,23%.

Du côté des marques étrangères, pas de miracle non plus pour Volkswagen avec -20,11% ou encore chez BMW (-19,95%). Toyota parvient néanmoins à s'en tirer un peu mieux avec un recul de « seulement » 9%. Seule éclaircie dans ce tableau bien sombre, les immatriculations neuves de voitures hybrides s'affichent à 30.198 unités. Elles pèsent pour 23% du marché, ce qui représente une augmentation de 70% d'une année sur l'autre. Par contre, les voitures 100% électriques piquent du nez avec 8.424 immatriculations neuves, une baisse de 11% par rapport à février 2020.

Le véhicule d'occasion plonge aussi

Le CCFA relève également la mauvaise santé étonnante du véhicule d'occasion qui baisse de 8,5% en février. Ce marché parvenait à tirer son épingle du jeu malgré les difficulté dans le secteur automobile. Le mois dernier, ce sont 453.407 véhicules qui ont changé de main. Les voitures de seconde main de moins d'un an enregistrent une chute de 42% de leurs immatriculations à 31.637 unités.

Le CCFA ne peut que constater que « la baisse des commandes du second semestre 2020 se fait sentir », en ajoutant que « le début de la pénurie des semi-conducteurs pour le secteur automobile » est aussi un facteur déterminant. Le premier trimestre devrait être « plutôt mauvais », d'après les professionnels. Il faudra attendre le second semestre pour voir un redécollage du marché, selon eux.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook