Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Avec Bombardier, Alstom devient le numéro 2 mondial du ferroviaire





Le 1 Février 2021, par François Lapierre

Le groupe français Alstom est devenu numéro 2 mondial du ferroviaire depuis la finalisation de l'acquisition des activités rail de Bombardier, ce vendredi 29 janvier. De quoi mieux rivaliser avec l'ambition chinoise dans ce secteur.


Acquisition de Bombardier par Alstom : feu vert européen

Cette fois, c'est la bonne pour Alstom. Après avoir échoué à se marier avec le groupe allemand Siemens il y a deux ans, l'industriel français a finalisé vendredi 29 janvier l'acquisition des activités ferroviaires de l'entreprise canadienne Bombardier. Le montant du chèque est de 5,5 milliards d'euros, dont 4,4 milliards versés directement à Bombardier, et 1,1 milliard pour éponger la dette de cette division. Ce faisant, Alstom devient le numéro 2 du marché mondial du ferroviaire, derrière le rival chinois CRRC qui compte bien aller très vite pour engranger les parts de marché.

En 2019, Alstom et le gouvernement français subissaient un revers d'ampleur de la part de la Commission européenne, qui a repoussé le projet de mariage entre Alstom et Siemens. Pour Bombardier, le feu vert a été obtenu sans difficulté : les points forts du Français sont les points faibles du Canadien, et inversement. Par ailleurs, Paris et Berlin ont fait pression sur les services à la concurrence européens pour prendre en compte la réalité du marché mondial, et non pas uniquement du marché européen. Pour Alstom, le repli sur Bombardier a finalement été le bon choix. Et cela permet au groupe tricolore de doubler de taille.

Des activités complémentaires

Avec les activités ferroviaires de Bombardier en poche, Alstom bénéficie de l'implantation de l'entreprise canadienne au Royaume-Uni, en Allemagne, en Scandinavie, ainsi qu'en Chine et en Amérique du Nord. Le groupe français est lui davantage présent en Italie, en Espagne, ainsi qu'au Brésil et en Inde. Des positions complémentaires qui permettent aux deux entités de ne pas se marcher sur les pieds, dans un contexte mondial où il est important de marcher unis face à la concurrence chinoise.

Alstom récupère également des innovations de Bombardier, à l'instar du système monorail. Il empoche aussi, et ce n'est pas négligeable, son carnet de commandes. Ensemble, il dépasse les 70 milliards d'euros. Des atouts stratégiques de taille qui devraient permettre à Alstom de jouer sa partition alors que les villes cherchent justement à privilégier le train et les déplacements doux pour remplir leurs objectifs climatiques.



Tags : Alstom

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook