Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

BNP Paribas : les sanctions sont tombées





Le 1 Juillet 2014, par

BNP Paribas a plaidé coupable aux deux accusations portées contre elle par les autorités judiciaires américaines. La banque devra verser 8,834 milliards de dollars (6,45 milliards d'euros) pour effacer l'affront.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
L'établissement bancaire s'est rendu coupable d'infractions aux embargos imposés par les États-Unis à trois « États voyou », à savoir l'Iran, le Soudan et Cuba. BNP Paribas y a effectué des transactions en dollars pour un montant de 190 milliards de dollars. L'amende est salée, mais moins que prévu puisque la rumeur avait évoqué rien moins que 16 milliards de dollars.
 
L'autre volet de l'amende concerne l'interdiction des opérations de compensation en dollars, qui prendra effet à partir du 1er janvier 2015 et pour une durée d'un an. La banque ne pourra plus exercer dans les domaines du financement du négoce international de pétrole et de gaz; c'est une banque tierce qui sera en charge de ces transactions.
 
13 collaborateurs de BNP Paribas devront également quitter l'entreprise, dont un des directeurs généraux délégués, Georges Chaudron de Courcel (le départ de ce dernier avait déjà été annoncé). La banque a plaidé coupable afin de s'éviter un procès dont les conséquences auraient pu être bien plus lourdes; l'établissement était accusé de falsification de documents commerciaux et de collusion à long terme.
 
Financièrement, ces sanctions sont à peu près gérables par la société : la banque est solidement assise sur de bons ratios de solvabilité et de liquidité. Mais le message passé auprès de la communauté financière est clair : on ne plaisante pas avec les embargos américains.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook