Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Banque de France : pas question de renoncer aux 3% de déficit public





Le 20 Septembre 2016, par

Pas question que la France renonce à l'objectif des 3% de déficit public en 2017. François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, prévient que les candidats à l'élection présidentielle ne doivent pas jeter au panier cette nécessité.


Au micro d'Europe 1, le gouverneur a mis les points sur les i : « Il y a une nécessité impérative, et je veux le dire avec beaucoup de force, c'est que la France descende réellement sous la barre des 3% de déficit en 2017 ». La période électorale est en effet propice aux promesses de toutes sortes qu'il faut financer ; et les différents candidats peuvent avoir envie de jouer avec le niveau de déficit public du pays.

« Nous sommes au pied du mur, et c'est au pied du mur qu'on juge le maçon. Il va falloir tenir nos engagements », insiste François Villeroy de Galhau. Il déclare qu'il est impératif de prendre des mesures « crédibles » pour parvenir à l'objectif des 3% et moins pour l'année prochaine.

Le gouvernement, dans son projet de budget pour 2017, a promis de ramener le déficit public à 2,7% après 3,3% en 2016. Et ce, malgré les milliards d'euros de nouvelles dépenses engagées par l'exécutif. « Tous nos partenaires européens nous attendent là-dessus. Ca fait très longtemps qu'on n'est pas descendu sous les 3%. C'est la condition de notre crédibilité en Europe », estime le gouverneur, qui estime possible ce seuil des 2,7%.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook