Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bas salaires : la fracture européenne





Le 9 Décembre 2016, par

En matière de salaires, l’Europe est à deux vitesses, entre des pays de l’Est aux bas salaires, et une Scandinavie bien plus généreuse. Un déséquilibre qui accentue les disparités dans l’Union européenne.


Eurostat, l’institut européen des statistiques, a compilé les chiffres de 2014 mesurant l’écart des salaires au sein de l’Union. Le salaire brut médian en Norvège, un des plus élevés en Europe, est de 28 euros l’heure ; en Estonie, il est de seulement 4,90 euros… Un véritable gouffre salarial sépare donc ces deux pays et plus généralement, deux blocs.

La Scandinavie est la zone en Europe où les salaires horaires bruts médian sont les plus élevés, alors que c’est en Pologne, dans les pays Baltes, et en Roumanie où ils sont les plus faibles. C’est aussi dans ces pays de l’Est où la proportion de travailleurs à bas salaire est la plus élevée (22,8% en Estonie), alors qu’elle est parmi les plus faibles en Scandinavie (8,3% en Norvège).

En France, la situation est heureusement plus équilibrée. La part des travailleurs à bas salaire est de 8,8%, avec un salaire médian fixé à 14,90 euros de l’heure. En Allemagne, le salaire brut horaire médian est plus élevé (15,70 euros), mais les bas salaires sont plus nombreux (22,50%). La moyenne européenne est de 17,2% (15,9% dans la zone euro).


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : europe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook