Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bernard Tapie condamné à reverser 404 millions d'euros





Le 3 Décembre 2015, par

La somme est extravagante : Bernard Tapie a été condamné à verser 404 millions d'euros dans l'affaire qui l'oppose au Crédit Lyonnais et à l'État. Une somme qui lui avait été versée en 2008 pour régler ce même contentieux…


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
À l'origine, il y a l'affaire de la revente d'Adidas. En 1993, l'homme d'affaires vend la marque aux trois bandes 2 milliards de francs. L'année suivante, la même entreprise est estimée deux fois plus cher. Bernard Tapie estime que c'est sa banque, le Crédit Lyonnais (mandaté par l'intéressé pour la vente d'Adidas), qui l'a floué : la banque aurait sous-estimé la valeur de la société, dont elle détenait par ailleurs 19%.

En 2008, après des années de contentieux, Bernard Tapie obtient du tribunal arbitral la condamnation du CDR (le Consortium chargé de liquider les actifs du Crédit Lyonnais) et les 404 millions d'euros qui vont avec. Seulement voilà : un des juges arbitraux avaient des liens avec l'avocat de Bernard Tapie… Ces trois-là ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, une affaire dans l'affaire qui suit son cours.

La Cour d’appel de Paris a jugé irrecevables les demandes de Tapie : le Crédit Lyonnais n'a pas commis les fautes reprochés et le prix d'Adidas en 1993 correspondait à la valeur réelle à la date de cession. Enfin, Bernard Tapie et son conseil disposaient, cette année là, des mêmes éléments d'informations que le Crédit Lyonnais. Et notamment les éléments liés à la bonne santé de l'entreprise.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook