Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : 6 Britanniques sur dix désapprouvent la manière de négocier de Theresa May





Le 7 Août 2017, par

Theresa May n'a plus la cote au Royaume-Uni, où les Britanniques sont de plus en plus nombreux à estimer que la manière dont la Première ministre gère le Brexit est mauvaise, dans un contexte où les pays a engagé les négociations avec l'Union européenne.


Alors que le Royaume-Uni devrait parler d'une seule voix pour défendre ses intérêts face à Bruxelles, le pays apparait de plus en plus déchiré sur le Brexit et sur la manière dont Theresa May et son gouvernement mènent les discussions avec l'Union européenne. Ils sont ainsi 61% à désapprouver la Première ministre dans la conduite des négociations, selon un sondage ORB International. Début juin, les Britanniques mécontents des négociations menées par Theresa May étaient de 46%, puis de 56% début juillet.

La Première ministre pourra toujours se réconforter en voyant la courbe baisser en intensité, il n'empêche qu'il ne s'agit pas d'un très bon résultat pour Theresa May et son gouvernement. Ce décrochage dans l'opinion correspond d'ailleurs au revers cinglant infligé par les électeurs au parti conservateur durant les dernières élections législatives organisées en juin. La majorité de Theresa May s'est réduite à une peau de chagrin alors que la locataire du 10, Downing Street avait tout misé sur une campagne pour une majorité forte.

De force et de stabilité, Theresa May n'en possède ni l'une, ni l'autre. Son gouvernement se partage entre partisans d'un Brexit « dur » et ceux d'un divorce plus « soft » avec l'Union européenne, ce qui provoque une cacophonie qui contraste avec le sérieux de Bruxelles dans ces négociations. Londres aurait en tête d'accepter de signer un chèque de 40 milliards d'euros pour solde de tout compte, l'Union européenne pencherait plutôt pour une somme avoisinant les 100 milliards.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook