Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : Theresa May met sa démission dans la balance





Le 27 Mars 2019, par François Lapierre

Cela ressemble à l’ultime bataille pour Theresa May. La Première ministre britannique a en effet mis sa démission dans la balance pour faire adopter son projet d’accord pour le Brexit ordonné.


Theresa May a annoncé devant le Comité 1922, une des instances du parti conservateur britannique, qu’elle démissionnerait si son accord négocié avec Bruxelles était approuvé par le Parlement de Westminster. « Je suis prête à quitter ce poste plus tôt que je l'imaginais pour faire ce qui est bénéfique à notre pays et à notre pays », confirme la Première ministre dans un communiqué publié peu de temps après une fuite. Theresa May ne fera « pas obstacle » à la deuxième phase des négociations du Brexit, pour laquelle elle sait qu’il existe un « désir » d’une nouvelle approche et d’une nouvelle direction.

Il s’agit du coup de poker ultime pour la locataire du 10, Downing Street. Son texte a été rejeté par deux fois, de manière cinglante, par la Chambre des communes. Le deuxième vote, organisé le 12 mars après l’obtention de nouvelles garanties de la part de l’Union européenne, avait obtenu 391 voix contre, pour 242 voix pour. La Première ministre doit donc convaincre 75 parlementaires de voter en faveur de son accord. Cette démission annoncée suffira-t-elle ?

Les députés votent actuellement sur plusieurs options pour le Brexit, huit en tout, afin de dégager un consensus. Ce vote est indicatif, mais il peut mettre le gouvernement sur la voie d’une solution bien difficile à trouver. L’Union européenne a accordé un délai au Royaume-Uni pour voter un accord : le divorce à proprement parler aurait dû intervenir le 29 mars, il a été repoussé au 12 avril, si le Parlement ne ratifiait pas le texte. Le délai irait jusqu’au 22 mai en cas d’accord. Theresa May avait déjà annoncé son intention de ne pas se représenter aux prochaines élections générales, qui auront lieu en 2022. 



Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook