Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : baisse de la croissance au Royaume-Uni





Le 12 Février 2019, par Olivier Sancerre

Coup de froid sur la croissance britannique. Le Royaume-Uni s’est contenté d’une progression de son PIB de 1,4% l’an dernier, selon l’Office des statistiques nationales.


L’économie britannique a pris de plein fouet les incertitudes qui pèsent sur les conditions du divorce avec l’Union européenne. La croissance s’est en effet établie à 1,4% en 2018, soit 0,4 point de moins que l’année précédente. Ce niveau de croissance est le plus faible depuis 2012. L’office des statistiques du pays relève un mois de décembre morose dans tous les secteurs, aussi bien dans les services que dans la construction. Et il est probable que l’activité économique du Royaume-Uni continue de tourner au ralenti tout l’hiver, au moins jusqu’à la sortie effective du pays de l’Union européenne le 29 mars.

Il y a aussi des risques que l’économie du pays continue de souffrir au-delà du mois de mars. Le Parlement et le gouvernement britanniques ne parviennent pas à s’entendre sur l’accord négocié entre Theresa May et Bruxelles sur les modalités du divorce. De fait, l’hypothèse d’une sortie sans période de transition — qui permettrait de négocier un accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE — est de plus en plus probable. La Banque d’Angleterre a d’ailleurs revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2019, à 1,2% seulement, ce qui constitue du jamais vu depuis la crise financière de 2008.

L’institution monétaire a également prévenu que le pays n’était « pas prêt » pour une sortie sans accord. C’est le pire des scénarios pour les entreprises du pays, en particulier celles dont les pays de l’UE sont les plus gros clients. L’investissement des entreprises s’est d’ailleurs contracté au dernier trimestre de 2018 (-1,4%), signe de la crainte des milieux d’affaires. Plusieurs grands groupes, dont Nissan et Airbus, ainsi que l’industrie automobile, ont prévenu d’une réduction de leur activité en cas de Brexit « dur ».



Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."












Rss
Twitter
Facebook