Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit « dur » : les craintes de Toyota sur l'activité au Royaume-Uni





Le 29 Septembre 2018, par

Les grandes entreprises installées au Royaume-Uni craignent plus que toute autre les conséquences d'un divorce sans accord entre Londres et Bruxelles. Toyota tire la sonnette d'alarme.


Toyota emploie 3 000 personnes dans ses usines de Burnaston et de Deeside. La production s'appuie sur des pièces qui proviennent de l'Union européenne ; la grande majorité des véhicules qui y sont fabriqués sont ensuite exportés vers le continent. Que se passera-t-il si, en mars prochain — date effective de la sortie du Royaume-Uni —, aucun accord encadrant les relations entre Londres et l'Union n'était signé ? Cette possibilité d'un Brexit « dur » est dans toutes les têtes, après l'échec de la réunion des chefs d'État et de gouvernement de septembre, qui ont rejeté les propositions de Theresa May.

La Première ministre britannique évoque ainsi des discussions dans une « impasse », or il faut qu'un accord soit conclu entre les deux parties d'ici octobre ou novembre, le temps ensuite que les 27 approuvent le texte. Si rien n'est signé, alors ce sera le saut dans l'inconnu pour le Royaume-Uni. Et les entreprises détestent les incertitudes… Au micro de la BBC, Marvin Cooke le patron de la branche anglaise de Toyota, craint ainsi l'arrêt de la production des usines britanniques du groupe.

Une interruption de travail qui pourrait durer quelques heures… ou quelques mois. Sur le long terme, les coûts d'importation et d'exportation pourraient être tels que cela réduirait le nombre de voitures fabriquées au Royaume-Uni, ce qui provoquerait des « pertes d'emplois ». Toyota est loin d'être le seul groupe industriel à craindre pour son activité au Royaume-Uni. Airbus, Jaguar Land Rover ou encore BMW ont aussi fait connaitre leur hostilité à un Brexit sans accord.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook