Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit « dur » : les craintes de Toyota sur l'activité au Royaume-Uni





Le 29 Septembre 2018, par

Les grandes entreprises installées au Royaume-Uni craignent plus que toute autre les conséquences d'un divorce sans accord entre Londres et Bruxelles. Toyota tire la sonnette d'alarme.


Toyota emploie 3 000 personnes dans ses usines de Burnaston et de Deeside. La production s'appuie sur des pièces qui proviennent de l'Union européenne ; la grande majorité des véhicules qui y sont fabriqués sont ensuite exportés vers le continent. Que se passera-t-il si, en mars prochain — date effective de la sortie du Royaume-Uni —, aucun accord encadrant les relations entre Londres et l'Union n'était signé ? Cette possibilité d'un Brexit « dur » est dans toutes les têtes, après l'échec de la réunion des chefs d'État et de gouvernement de septembre, qui ont rejeté les propositions de Theresa May.

La Première ministre britannique évoque ainsi des discussions dans une « impasse », or il faut qu'un accord soit conclu entre les deux parties d'ici octobre ou novembre, le temps ensuite que les 27 approuvent le texte. Si rien n'est signé, alors ce sera le saut dans l'inconnu pour le Royaume-Uni. Et les entreprises détestent les incertitudes… Au micro de la BBC, Marvin Cooke le patron de la branche anglaise de Toyota, craint ainsi l'arrêt de la production des usines britanniques du groupe.

Une interruption de travail qui pourrait durer quelques heures… ou quelques mois. Sur le long terme, les coûts d'importation et d'exportation pourraient être tels que cela réduirait le nombre de voitures fabriquées au Royaume-Uni, ce qui provoquerait des « pertes d'emplois ». Toyota est loin d'être le seul groupe industriel à craindre pour son activité au Royaume-Uni. Airbus, Jaguar Land Rover ou encore BMW ont aussi fait connaitre leur hostilité à un Brexit sans accord.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook