Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : le Royaume-Uni prêt à jouer la carte des taxes douanières en cas de « no deal »





Le 13 Mars 2019, par

L’hypothèse d’un Brexit sans accord se rapproche de plus en plus, au fur et à mesure que la date fatidique du 29 mars approche. Si cela devait être le cas, le Royaume-Uni a au moins un plan pour réduire l’impact de la mise en place de tarifs douaniers.


Mardi, les députés britanniques ont rejeté le projet d’accord négocié entre Theresa May et l’Union européenne. Il est désormais probable que Londres demande un report de la sortie du pays de l’UE. Si ce délai supplémentaire n’est pas accordé — et il est possible que ce soit le cas —, alors le Royaume-Uni ne fera plus partie de l’Union européenne et des taxes douanières se dresseront sur la route des importations et des exportations de biens. Actuellement, 100% des importations britanniques sont exonérées de droits de douane, et pour cause : le pays fait toujours partie du marché unique européen.

En cas de divorce sans accord (« no deal »), le gouvernement britannique prévoit d’exempter de droits de douane l’équivalent de 87% de ses importations globales, soit 7 points de plus qu’actuellement. Le pays maintiendra des taxes pour certaines industries sensibles, a expliqué George Hollingbery, le secrétaire d’État à la politique commerciale. 92% des importations provenant du reste du monde ne seraient soumis à aucun droit de douane, contre 56% aujourd’hui. 82% des importations de l’Union européenne ne seraient pas frappées de taxes.

Parmi les produits importés non taxés par le Royaume-Uni, on trouverait l’aluminium, l’acier, les armes et les munitions, mais aussi les tapis, les chaussures, le papier, les téléviseurs… D’autres biens bénéficieraient d’une baisse sensible des droits de douane, dont les produits textiles (de 8% à 0,9%) ou encore le verre (de 5% à 0,2%). En revanche, le bœuf, la volaille, le beurre subiront des taxes plus élevées. Or, ces produits sont majoritairement importés de l’Union européenne.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook