Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : le Royaume-Uni prêt à jouer la carte des taxes douanières en cas de « no deal »





Le 13 Mars 2019, par

L’hypothèse d’un Brexit sans accord se rapproche de plus en plus, au fur et à mesure que la date fatidique du 29 mars approche. Si cela devait être le cas, le Royaume-Uni a au moins un plan pour réduire l’impact de la mise en place de tarifs douaniers.


Mardi, les députés britanniques ont rejeté le projet d’accord négocié entre Theresa May et l’Union européenne. Il est désormais probable que Londres demande un report de la sortie du pays de l’UE. Si ce délai supplémentaire n’est pas accordé — et il est possible que ce soit le cas —, alors le Royaume-Uni ne fera plus partie de l’Union européenne et des taxes douanières se dresseront sur la route des importations et des exportations de biens. Actuellement, 100% des importations britanniques sont exonérées de droits de douane, et pour cause : le pays fait toujours partie du marché unique européen.

En cas de divorce sans accord (« no deal »), le gouvernement britannique prévoit d’exempter de droits de douane l’équivalent de 87% de ses importations globales, soit 7 points de plus qu’actuellement. Le pays maintiendra des taxes pour certaines industries sensibles, a expliqué George Hollingbery, le secrétaire d’État à la politique commerciale. 92% des importations provenant du reste du monde ne seraient soumis à aucun droit de douane, contre 56% aujourd’hui. 82% des importations de l’Union européenne ne seraient pas frappées de taxes.

Parmi les produits importés non taxés par le Royaume-Uni, on trouverait l’aluminium, l’acier, les armes et les munitions, mais aussi les tapis, les chaussures, le papier, les téléviseurs… D’autres biens bénéficieraient d’une baisse sensible des droits de douane, dont les produits textiles (de 8% à 0,9%) ou encore le verre (de 5% à 0,2%). En revanche, le bœuf, la volaille, le beurre subiront des taxes plus élevées. Or, ces produits sont majoritairement importés de l’Union européenne.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook