Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bruno Le Maire évoque une annulation des charges pour les entreprises les plus touchées





Le 9 Avril 2020, par François Lapierre

Soutenir les entreprises pour éviter les faillites et l'explosion des chiffres du chômage, quitte à créer des milliards de dettes : c'est la stratégie du gouvernement depuis le début du confinement, confirmée par Bruno Le Maire.


Le soutien aux entreprises, quoi qu'il en coûte

Le ministre de l'Économie était l'invité de France 2 ce mercredi 8 avril au soir, alors que le produit intérieur brut de la France devrait reculer de 6% au premier trimestre. Bruno Le Maire a confirmé la stratégie du gouvernement qui est de soutenir les entreprises, quoi qu'il en coûte aux finances publiques. Il a dit préférer avoir « des milliards de dettes » que d'assister à une explosion des faillites : « La meilleure façon de rembourser ces dettes, c'est de se remettre au travail, relancer l'activité économique, dès que nous le pourrons ». Chaque jour qui passe creuse un peu plus les comptes publics, et cela ne devrait pas s'arranger rapidement : l'Élysée a annoncé que le confinement se poursuivra au-delà du 15 avril.

L'hôte de Bercy s'est dit prêt à améliorer le fonds de solidarité, qui permet à une entreprise de toucher une aide pouvant aller jusqu'à 2.000 euros. Les loyers des commerces ou des restaurants en grande difficulté pourraient ainsi être pris en charge par l'État. Le plafond du fonds pourrait être porté à 5.000 euros. 700.000 entreprises ont fait appel à ce dispositif. Celles qui sont au bord de la faillite pourraient bénéficier d'une annulation pure et simple des charges : « On va regarder à la fin du confinement les secteurs qui redémarrent et vont rembourser leurs charges et les autres ».

Renflouer le capital d'Air France

À l'heure actuelle, le gouvernement propose le report des échéances sociales et fiscales pour les mois de mars et d'avril. « Ce report est automatique, toutes les entreprises qui le demandent l'obtiennent. Mais j'ai parfaitement conscience que certaines entreprises ne pourront pas rembourser ». Pour d'autres entreprises, l'État pourra intervenir à des niveaux bien plus élevés, comme pour Air France : « Nous voulons à tout prix préserver cette compagnie aérienne qui est un fleuron industriel français ».

L'hypothèse d'une nationalisation temporaire n'est pas écartée, mais les pouvoirs publics pourraient renflouer le capital du groupe aérien, tout comme celui de Renault. Pour ce qui concerne les banques, Bruno Le Maire s'est voulu rassurant : contrairement à 2008, la crise actuelle n'est pas financière mais sanitaire. « C'est une crise sur l'économie réelle. Le système financier français est solide ». Le ministre appelle toutefois les banques à soutenir leurs clients les plus touchés : « On pourrait prendre l'exemple sur les banques qui ne font pas payer les intérêts quand il y a un report ».



Tags : coronavirus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook