Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

C'est officiel, la zone euro est bien en récession





Le 8 Juin 2023, par Aurélien Delacroix

La zone euro est en récession technique depuis le début de l'année, le PIB ayant reculé deux trimestres consécutifs. Cette tendance est en grande partie due à l'impact du ralentissement de l'économie allemande, du choc énergétique et de la hausse des taux d'intérêt de la Banque Centrale Européenne. Les experts restent pessimistes quant aux perspectives de croissance pour l'année à venir.


Récession technique et économie en berne

La zone euro est entrée en récession technique depuis le début de l'année 2023. Cette situation découle de la baisse du produit intérieur brut (PIB) durant deux trimestres successifs. Des chiffres révisés publiés par Eurostat indiquent une contraction de 0,1% entre janvier et mars, succédant à une baisse de même envergure pour le dernier trimestre de l'année 2022.

Eurostat, l'institut européen des statistiques, avait précédemment prévu une légère croissance de 0,1% au dernier trimestre 2022, ainsi qu'une croissance de 0,2% pour le premier trimestre 2023. Cependant, cette révision importante à la baisse est principalement due à l'ajustement à la baisse des chiffres de l'Allemagne. La première économie européenne a, en effet, révélé fin mai qu'elle était entrée en récession, souffrant principalement des problèmes de son secteur industriel.

Inflation, hausse des taux, ralentissement mondial

Les prévisions pour l'ensemble de l'année sont loin d'être réjouissantes. La Commission européenne envisageait en mai une croissance de 1,1% en 2023 pour les 20 pays utilisant la monnaie unique. Cependant, ce chiffre semble aujourd'hui bien élevé. La banque ING anticipe par exemple une croissance d'à peine 0,5% sur l'année entière. Les chiffres économiques décevants depuis le printemps, notamment la production industrielle allemande et les nouvelles commandes, n'incitent pas à l'optimisme. L'économie européenne traverse une phase de stagnation, exacerbée par le choc énergétique de l'hiver dernier.

L'inflation demeure élevée, à 6,1% en mai, affectant désormais les produits alimentaires, les biens manufacturés et les services. De plus, l'économie européenne subit le poids de la hausse des taux d'intérêt de la Banque Centrale Européenne (BCE), qui freine la demande de crédit et les investissements, notamment dans l'immobilier, engendrant un ralentissement de l'activité dans la construction. Enfin, le ralentissement observé aux États-Unis et la reprise plus faible que prévu en Chine ajoutent une pression supplémentaire sur les exportations européennes.



Tags : récession

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook