Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

COVID-19 : la dose de vaccin de Sanofi et GSK coûtera moins de 10 euros





Le 7 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

Le coût d'une dose de vaccin contre la COVID-19 sera de moins de 10 euros, a assuré Olivier Bogillot, le président de Sanofi France allié pour la circonstance au groupe britannique GSK.


Le prix le plus faible possible

Combien coûtera une dose du futur vaccin contre la COVID-19 ? À cette question essentielle pour les futurs vaccinés, le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, a donné une fourchette de prix : ce sera « moins de 10 euros », a-t-il affirmé au micro de France Inter. Le prix n'a pas encore été défini car le laboratoire est en train de mesurer « l'ensemble des coûts de production qui vont être les nôtres dans les mois qui viennent ». Si Sanofi est parvenu à un prix si abordable, c'est que le risque est partagé avec les États, souligne-t-il. Cela permet « justement d'avoir un point de sortie en termes de prix qui sera le plus faible possible ».

De son côté, le groupe AstraZeneca a annoncé que le prix de la dose tournera autour de 2,50 euros. Le vaccin de Sanofi risque donc d'être un peu plus cher. Olivier Bogillot se défend en mettant en avant le fait que pour le développement de son vaccin, le labo n'utilise que des ressources en interne, « ses propres chercheurs et ses propres usines ». Son concurrent anglo-suédois sous-traite une partie de la production. En Europe, le vaccin de Sanofi sera produit à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), en collaboration avec le groupe GSK.

300 millions de doses pour les Européens

Les Européens ont sécurisé 300 millions de doses, les Britanniques 60 millions. Quant aux États-Unis, ils disposeront de 100 millions de doses. « Les Français et les Européens auront le vaccin de Sanofi au même moment que les patients américains », explique le dirigeant. Quant aux pays en voie de développement, ils pourront acquérir des millions de doses à des conditions de prix « exceptionnelles », via la structure Sepi.

Sanofi a également en projet de rapatrier en Europe la production de principes actifs (les molécules qui donnent aux médicaments leurs propriétés), actuellement sous-traitée en dehors de l'Union par l'ensemble de l'industrie pharmaceutique. Six sites européens vont être regroupés afin de créer un « champion européen des principes actifs », avec l'objectif d'assurer la souveraineté de l'UE dans ce domaine stratégique. « Si cette entreprise existait déjà, elle serait numéro deux mondiale », assure Olivier Bogillot.



Tags : coronavirus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook