Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Carlos Ghosn rejette les accusations de la justice japonaise





Le 26 Novembre 2018, par

Selon la télévision publique japonaise NHK, Carlos Ghosn a nié la dissimulation de revenus et les malversations que les enquêteurs lui reprochent depuis le début de la semaine dernière.


L’ex-patron de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est incarcéré au Japon depuis lundi dernier. La justice du pays veut en savoir plus sur d’éventuelles dissimulations de revenus alors qu’il était président du conseil de d’administration de Nissan. Entre 2011 et 2015, il aurait caché aux yeux du fisc japonais 5 milliards de yens (39 millions d’euros), et il se serait rendu coupable des mêmes pratiques sur les trois années suivantes pour un total de 8 milliards de yens (62 millions d’euros). Carlos Ghosn n’aurait pas non plus déclaré un bonus de 30 millions d’euros provenant de plus-values sur des actions.

Ça n’est pas tout. La sœur de l’ex-président de Nissan aurait demandé et obtenu du constructeur automobile le versement de 100 000 dollars annuels pour sa sœur, pour une mission de conseil que la justice soupçonne d’être fictive. Et ce, depuis 2002. Des allégations d’abus de bien social sont également en cours d’instruction. Devant les enquêteurs, le dirigeant français n’aurait pas fait usage de son droit au silence, et il n’aurait pas non plus tenté de dissimuler ces sommes aux autorités fiscales japonaises, selon la NHK.

Cette affaire secoue la France comme le Japon. Bruno Le Maire, qui a rencontré son homologue nippon cette semaine, a assuré ne pas croire à la « théorie du complot » qui voudrait que les Japonais aient voulu leur défiance envers les Français au sein de l’Alliance. Si Renault n’a pas démis Carlos Ghosn de ses fonctions, une gouvernance intérimaire a été mise en place. Chez Nissan, on n’a pas fait preuve d’autant de prévention : Carlos Ghosn a été purement et simplement éjecté de son poste de président.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook