Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Commande « historique » de la RATP et d'Île-de-France Mobilités





Le 2 Décembre 2019, par La rédaction

C'est une commande qu'on ne passe pas tous les jours. Île-de-France Mobilités et la RATP se sont engagés sur une commande d'un maximum de 410 rames de métros, pour la somme de 2,9 milliards d'euros.


Une commande de 2,9 milliards d'euros pour le métro parisien

« Historique », c'est ainsi que la RATP et Île-de-France Mobilités, l'organisme qui gère les transports en commun dans la région, ont qualifié cette commande auprès des constructeurs Alstom et Bombardier. L'objectif est de renouveler le matériel roulant de huit lignes du métro parisien ; en tout, la commande pourrait comporter jusqu'à 410 rames et la facture totale s'établir à 2,9 milliards d'euros. Les premières lignes servies seront les 3bis, 7bis et 10, d'ici à 2026 : 44 rames en tout, pour la somme de 658 millions d'euros dans une première trancher ferme.

Une enveloppe qui comprend aussi les provisions pour aléas, ainsi que les frais d'études. Le groupement de constructeurs parlent lui d'un montant de 530 millions d'euros : les deux clients ont vu un peu plus large. Les usagers profiteront d'un plus grand confort, puisque les nouvelles rames embarqueront les « dernières avancées technologiques » : non seulement le confort va s'améliorer, mais aussi la disponibilité, l'accessibilité et l'information aux voyageurs.

Confort et facilités technologiques au rendez-vous

Des portes plus larges faciliteront la montée et la descente, les sièges seront plus confortables, la ventilation réfrigérée pour éviter les coups de chaud, et un système de vidéo protection dernière génération sera installé. L'éclairage « 100% LED » ainsi que des facilités technologiques comme des prises USB pour la recharge de smartphones et de tablettes seront au rendez-vous. 

Les voitures seront interconnectées entre elles, offrant ainsi une « configuration boa ». La maintenance profitera également de ces nouvelles rames, faisant baisser le coût des rames sur le long terme. Les rames seront assemblées à Valenciennes et à Crespin, dans les usines d'assemblage d'Alstom et de Bombardier. Elles seront donc « made in France ». 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook