Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Confinement : 200 millions d'euros de manque à gagner pour la Française des Jeux





Le 19 Juin 2020, par Olivier Sancerre

Aucune entreprise n'a été épargnée par le coronavirus. La Française des Jeux a ainsi essuyé un manque à gagner de 200 millions d'euros pendant le confinement. Et le retour à la normale sera long…


Des mises en fort recul depuis le confinement

Dans une interview aux Echos, la PDG de la Française des Jeux, Stéphane Pallez, joue cartes sur table : l'entreprise, privatisée depuis l'automne dernier, a perdu de l'argent pendant les deux mois qu'ont duré le confinement. « Nous constatons un manque à gagner sur les deux mois de confinement de 200 millions d’euros pour le chiffre d’affaires annuel et de 100 millions pour l’Ebitda », explique-t-elle. Au premier trimestre, les mises ont reculé de 5% à 4,1 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires a baissé de 1%, à 0,5 milliard d'euros. Pourtant, la dynamique était bien enclenchée depuis le mois de janvier. Mais la situation s'est subitement dégradée mi-mars.

À compter du premier jour du confinement, les mises ont dégringolé de 60%, avec un point noir concernant les paris sportifs en chute libre (-95%). Les compétitions et les matchs ont été suspendus ou annulés… Les mises loterie (hors Amigo) ont baissé de 40%. Le jeu Aimgo a lui été suspendu le 19 mars. Les bénéfices avant impôts et amortissements ont reculé de 28,90% par rapport à l'ensemble de l'année 2019. Le retour à la normale n'est pas prévu avant la fin 2021.

Plan d'économies

Pour faire face aux difficultés qui sont loin d'être terminées (que se passera-t-il en cas de deuxième vague ?), la Française des Jeux met en œuvre un plan d'économies visant à mettre 80 millions d'euros de côté cette année. Mais malgré les difficultés, l'entreprise compte tout de même verser un dividende en 2020, qui sera cependant réduit de 30% à 0,45 euro par action. Les actionnaires sont donc relativement préservés.

Ces derniers n'ont pas à se plaindre. La privatisation de la Française des Jeux a été une réussite : le cours de l'action a augmenté de 30% depuis le début de l'année, en dépit la situation sanitaire. Le titre atteint 30 euros, une belle plus-value sachant que le prix d'introduction avait été de 19,90 euros. Les actionnaires ont sécurisé des gains de 50% ! Et c'est sans compter ceux qui sauront profiter de la distribution gratuite d'actions « 1 pour 10 », au bout de dix mois.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »













Rss
Twitter
Facebook