Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coupe du monde 2014 : combien gagne l'équipe victorieuse ?





Le 30 Juin 2014, par

La Coupe du monde bat son plein et nul n'est censé ignorer que l'équipe de France semble bien placée pour aller le plus loin possible dans la compétition. Mais la Coupe du monde, ce n'est pas que du football : c'est aussi une affaire de gros sous.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Ainsi, toutes les équipes qualifiées remportent un petit quelque chose, à savoir 8 millions de dollars chacune — y compris pour ces équipes qui n'ont passé le premier tour… En tout et pour tout, la Fifa paie 96 millions de dollars pour le premier tour pour les 32 pays en lice.
 
En huitièmes de finale, les équipes éliminées reçoivent 9 millions de dollars; pour les quarts, cette dotation atteint les 14 millions. On ignore comment ces sommes sont réparties, mais visiblement c'est à la discrétion des délégations. Les quatrième, troisième et deuxième place (la plus mauvaise comme chacun sait) sont « rémunérées » 18 millions pièce. Et pour l'équipe victorieuse ?
 
En plus du prestige et de l'étoile sur le maillot, l'équipe qui remporte la timbale touche aussi la somme rondelette de 35 millions de dollars. Une récompense qui a fortement augmenté : en 2006, elle n'était que de 20 millions de dollars pour les italiens, les français, finalistes malheureux, s'étant contentés de 18 millions.
 
En tout et pour tout, la Fifa dépense 358 millions de dollars distribués aux équipes participantes au tournoi. Une somme qui peut paraître importante, mais rapportée à ce que rapporte l'événement, ça n'est finalement pas grand chose : la Coupe du monde 2010 a généré des revenus de 3,66 milliards de dollars, contre 1,3 milliard d'investissement.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook