Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coût du Brexit : le Royaume-Uni perd 500 millions de livres par semaine





Le 1 Octobre 2018, par

Le Brexit ne sera effectif qu'à la fin du mois de mars, lorsque le Royaume-Uni aura effectivement quitté l'Union européenne. Mais d'ores et déjà, le divorce coûte cher, très cher à Londres.


Le Centre for European Reform (CER) a calculé le coût du Brexit pour le Royaume-Uni : il est colossal. Les finances publiques du pays ont été amputées de 26 milliards de livres par an, soit 500 millions de livres par semaine (environ 563 millions d'euros). Si le Royaume-Uni comptait engranger les économies en effaçant de son ardoise sa contribution financière à l'Union européenne, celles-ci sont pour le moment complètement annulées par l'impact économique de la sortie de l'UE.

Selon le CER, le « non » du référendum au maintien du pays dans l'Union a représenté pour l'économie britannique un recul de 2,5%. Et le coût du divorce devrait encore enfler, d'après cet organisme qui base son analyse sur l'étude de 22 pays dont les caractéristiques correspondent à celles du Royaume-Uni. Ces informations sont ensuite comparées avec la performance du pays depuis le vote sur le Brexit. Ces conclusions feront sans doute l'objet d'intenses débats entre les partisans du maintien et ceux de la sortie du pays de l'UE.

Londres et Bruxelles n'ont toujours pas trouvé de terrain d'entente concernant le cadre commercial entre les deux parties, après le départ du Royaume-Uni. Le temps presse, car si un accord devait être scellé, il faudra que ce soit en octobre ou en novembre, le temps ensuite de le faire valider par tous les pays de l'Union européenne. Plusieurs entreprises, dont de grands groupes industriels implantés au Royaume-Uni, ont fait part de leurs craintes quant à la possibilité d'un Brexit « dur », sans accord.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook