Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Couverture des zones blanches : Orange, Bouygues Telecom et SFR ne décolèrent pas





Le 18 Décembre 2016, par

Les trois plus importants opérateurs de téléphonie français se rebiffent. Dans une tribune parue dans le Journal du Dimanche, Orange, Bouygues Telecom et SFR demandent aux pouvoirs publics de ne pas décourager l’investissement.


En ligne de mire des trois opérateurs : la couverture numérique des zones blanches. Lors de sa lecture au Sénat, la loi montagne a introduit un amendement incitant les opérateurs à mutualiser leurs infrastructures dans ces zones pas ou mal desservies. « Nous sommes très préoccupés par le débat parlementaire sur la couverture numérique du territoire, en particulier l’examen du projet de loi relatif à la montagne. Les intentions du législateur en la matière sont parfaitement louables mais ses orientations nous paraissent contre-productives », s’alarment-ils.

En substance, Orange, Bouygues Telecom et SFR craignent se retrouver dans une situation où Free, le quatrième larron et trublion du paysage des télécoms, n’aurait plus à investir pour couvrir ces zones blanches. Il lui suffirait de s’appuyer sur les infrastructures mises en place au prix fort par ses concurrents. « Loin d’encourager l’investissement et l’amélioration de la couverture, cela contribuera à bouleverser l’économie de notre secteur, à encourager le comportement de celui ou ceux qui voudraient profiter de la capacité d’investissement des autres ».

Les trois opérateurs rappellent qu’ils ont investi près de 8 milliards d’euros l’an dernier dans le déploiement et l’entretien de leurs réseaux. «  Vouloir décider par la loi, à la place des opérateurs, les modalités selon lesquelles ils devront investir et construire leurs réseaux mobiles dans des parties entières du territoire, en les contraignant à adopter certaines formes d’organisation et de mutualisation de leurs installations, n’aura pas l’effet attendu », préviennent-ils.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : télécom


1.Posté par demange le 19/12/2016 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il y a longtemps qu'ils devraient tous se mettre autour d'une table et dire moi je fait le reseau ici toi là ainsi de suite et chacun se partage le reseau ce qui esi 100 fois plus intelligent que de vouloie etre le seul maitre du lieu

2.Posté par jourdain gerard le 19/12/2016 10:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je reviens de Thailande..;
il y a la 4g dans le moindre recoint de campagne...!!!

chercher l'erreur.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook