Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Cuba autorise les importations de voitures après 50 ans





Le 19 Décembre 2013, par

L’événement risque de changer radicalement l’image de Cuba qui semble encore plongée dans les années 50. Dans ses rues on y trouve encore des Chevrolet et des Cadillac de la belle époque américaine. Car, depuis les années 60, les importations de véhicules étaient interdites sur l’île communiste. Mais pour la première fois le marché sera de nouveau ouvert.


cc/flickr/@Doug8888
cc/flickr/@Doug8888
Le président Raul Castro, qui a succédé à Fidel Castro, continue ses réformes économiques et l’ouverture du pays afin d’en favoriser l’essor économique et touristique. Et avec l’ouverture du marché de l’automobile et de la moto sur l’île, c’est le visage entier de Cuba qui va changer.

L’information, dévoilée par le quotidien officiel de l’île, Granma, s’accompagne de quelques précisions : il s’agit de « nouvelles normes encadrant l’importation et la commercialisation de véhicules à moteur ».

Désormais, il sera possible d’acheter sur l’ile des motos et des voitures ainsi que tout autre véhicule motorisé. Une autorisation qui concerne autant les étrangers installés sur l’île que les cubains eux-mêmes. Un premier pas vers une migration vers une véritable économie de marché sur l’île qui fait suite à l’autorisation de vente entre particuliers déjà autorisée en 2011.

Toutefois, Cuba n’en oublie pas ses racines communistes et, d’après les informations dévoilée spa le quotidien Granma, le fruit de ces ventes de véhicules va permettre de créer « un fonds spécial pour le développement du transport public ». Le transport public est en effet un gros problème sur l’île.

Le grand change, dans la vie des cubains, est qu’aujourd’hui seule une poignée de travailleurs pouvaient acheter à l’import des véhicules neufs. Pour ce faire ils devaient avoir des autorisations spéciales qui n’étaient délivrées qu’en fonction du travail de chacun.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook