Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Déficit des hôpitaux : Agnès Buzyn exclut une baisse des effectifs





Le 19 Décembre 2017, par Anton Kunin

Dans un entretien à Sud Radio, Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a exclu la possibilité d’une baisse des effectifs des hôpitaux pour résorber leur dette.


Vers la fin de la tarification à l’activité ?

Interrogée sur Sud Radio au sujet du déficit des hôpitaux, Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a estimé qu’une baisse des effectifs ne pourrait pas constituer une piste valable pour redresser les finances des établissements de santé. « Ces équipes sont sous une énorme tension, et on ne peut pas leur imposer un rythme d’activité encore plus élevé », a-t-elle déclaré.

Au cours de l’entretien, Agnès Buzyn s’est également prononcée pour une réforme du financement des hôpitaux. En clair : la tarification à l’activité, instaurée il y a une décennie, ne constitue pas un mode de financement pertinent. « La construction même du financement des hôpitaux depuis quelques années a progressivement entraîné des dérives puisqu’on leur a demandé d’être rentables. Il y a une différence entre avoir une très bonne gestion financière d’un établissement et chercher à avoir des activités rentables », a-t-elle déclaré.

Hôpitaux : un déficit de 1,5 milliard d’euros en 2017

La déclaration d’Agnès Buzyn fait suite à l’annonce de la Fédération hospitalière de France (FHF), selon laquelle le déficit des hôpitaux devrait s’établir à 1,5 milliard d’euros en 2017. Il s’agit d’« un niveau dramatique et totalement inédit », puisqu’en 2016, il a été trois fois moindre (470 millions d’euros).

Selon la FHF, cette dégradation des comptes hospitaliers s’explique avant tout par l’impact des plans annuels d’économie. En 2017, les économies budgétaires sur l'hôpital se sont établies à à 1,1 milliard d’euros, contre 995 millions d’euros en 2016 et 730 millions en 2015. Mais le pire est à venir, puisqu’en 2018, l’effort demandé aux hôpitaux est de 1,6 milliard d’euros. Pour la FHF, « face à cette dégradation financière, [...] les établissements de santé vont se trouver pris en otage entre la qualité des soins qu’ils doivent à leurs patients, la préservation des conditions de travail et de l’emploi des équipes hospitalières et l’obligation du retour à l’équilibre des comptes ».




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"
















Rss
Twitter
Facebook