Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Des banques prélèveraient illégalement des frais d'intervention en cas de découvert





Le 27 Septembre 2018, par

Les frais bancaires sur les comptes dans le rouge sont une véritable vache à lait pour les banques. Certaines ne manquent pas d'imagination pour plonger encore plus profondément dans les poches de leurs clients.


C'est le cas de la Caisse d'Épargne et des Banques populaires, épinglées par l'UNAF et 60 Millions de Consommateurs. Ces deux banques, qui ont à leur actif plus de 30 millions de comptes en France, ont mis en place depuis quelques mois un système qui leur permet de facturer encore plus de frais d'intervention lorsqu'un de leur client dépasse son autorisation de découvert. Habituellement, ces frais sont de 8 euros à chaque paiement « dans le rouge ».

Cette année, les banques incriminées ont décidé de prendre comme référence le solde de fin de journée : s'il est négatif, alors ce sont toutes les opérations réalisées au cours de la journée qui se verront facturées de 8 euros de frais d'intervention. Y compris pour les transactions qui n'ont pas été faites en situation de découvert… Voilà une pratique qui ne va pas aider, loin s'en faut, des clients déjà en difficulté.

Les associations de consommateurs estiment que cette facturation est illégale étant donné qu'elle pénalisent des transactions lorsque le solde du compte est positif. En l'espèce, il ne peut pas y avoir d'incident de compte si ce dernier n'est pas dans le rouge. La Caisse d'Épargne et les Banques populaires pourraient d'ailleurs ne pas être les seules à avoir mis en place cette nouvelle politique : d'autres banques pourraient s'en être inspirées. Une enquête est en cours sur ce dossier.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : banques

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook