Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Des ex-salariés devront rembourser leurs indemnités de licenciement





Le 21 Juillet 2017, par

Coup dur pour plusieurs anciens salariés d'une usine ardennaise, licenciés il y a neuf ans… et qui vont devoir rembourser une partie de leurs indemnités de départ. Des sommes qui peuvent aller jusqu'à 24 000 euros.


Cela fait près de neuf ans que ces 47 ex-salariés attendaient une décision définitive dans ce dossier difficile, et finalement la nouvelle est très mauvaise. La Cour de cassation a rendu ce jeudi 20 juillet un avis définitif dans le dossier Ardennes Forge, une usine installée à Nouzonvilles dans le département des Ardennes. La décision, qui met un terme à tous les recours, oblige au remboursement des sommes trop-perçues.

On parle de sommes allant de 6 000 à 24 000 euros, que la plupart de ces ex-salariés ne pourront pas rembourser : de nombreuses familles ont déjà dépensé cet argent et elles sont dans l'incapacité de les rendre. L'affaire est complexe : en 2008, l'entreprise Ardennes Forge ferme ses portes et procède à des licenciements économiques qui entraînent des contestations devant les prud'hommes. Deux ans plus tard, les prud'hommes de Reims estiment que les salariés ont raison et ordonnent le versement d'indemnités, soit 900 000 euros en tout.

La cour d'appel avait déjà revu à la baisse le montant des dommages et intérêts à 470 000 euros. En 2012, une décision pénale reconnait la réalité du travail effectué, mais le recours en cassation n'a pas permis d'infléchir la décision civile qui réclame le remboursement des sommes trop-perçues. Les anciens salariés n'ont plus qu'un recours, celui du ministère du Travail : ils ont demandé à Muriel Pénicaud de donner une « grâce » pour éviter de devoir rembourser. Le dossier n'est donc pas encore terminé.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : prud'hommes

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook