Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Des négociations resserrées pour le Brexit





Le 22 Novembre 2016, par

Pas question d’un Brexit « à la carte », où la Grande-Bretagne se donne le droit de choisir ce que le pays préfère dans l’Union européenne. C’est le message de fermeté adressé ce mardi 22 novembre par Manfred Weber, le chef du groupe conservateur PPE au Parlement européen.


Durant la première visite de David Davis, le ministre britannique du Brexit, à une délégation de députés européens, le ton a été certes courtois, mais aussi ferme. Le Parlement aura entre ses mains le vote final sur l’accord de rupture que les deux parties, la Grande-Bretagne et l’Union européenne, signeront.

Le lancement effectif des négociations est fixé pour le mois de mars, lorsque Theresa May activera pour la première fois  l’article 50 du traité de Lisbonne. Ensuite, Londres et Bruxelles auront entre 14 et 15 mois pour dénouer tous leurs liens et négocier le divorce. Guy Verhofstadt, le référent Brexit pour le Parlement européen, a expliqué que le processus de séparation devait s’achever « avant les élections européennes », c’est à dire en mai ou juin 2019.

De fait, les négociations à proprement parler, qui ne débuteront qu’en mai 2017, devront se terminer avant la fin 2018, le temps ensuite de laisser le Parlement voter sur le texte. « La fenêtre de négociations est donc plus ou moins de 14-15 mois. Ce sera une période très intense », a-t-il dit. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook