Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

EDF : le projet de réorganisation replace l’État aux manettes





Le 15 Avril 2019, par

L’exécutif prépare la réorganisation d’EDF. Le groupe, qui doit composer avec une dette énorme, est également tenu de poursuivre les investissements pour moderniser son réseau.


Ce projet de réorganisation passerait par une structure de type holding, chapeautant les activités de production d’électricité nucléaire (les barrages hydroélectriques pourraient y être intégrés), ainsi que la commercialisation sur les marchés de gros, auprès des clients professionnels et du grand public. Pour ce qui concerne les réseaux — RTE et Enedis —, seule une partie d’entre eux seraient détenus par cette holding, détaille Le Parisien. L’État entend en effet monter au capital de cette structure « ombrelle » et s’approcher des 100%. Or, il est déjà possible d’acheter des parts dans le capital de RTE, tandis que chez Enedis, la possibilité d’ouverture du capital est envisagée.

À terme, l’État veut détenir près de 100% du capital de cette holding. Ce contrôle public permettrait aux activités hors nucléaire d’EDF de se développer avec d’autres investisseurs. Tout ce qui touche à la production nucléaire ressort d’une part de la sûreté du pays, et puis c’est cette activité qui plombe les résultats du groupe. EDF accuse une dette de 37 milliards d’euros, et l’entreprise doit trouver 15 milliards d’euros par an pour financer son infrastructure et son parc.

Cette dette pourrait à terme être reprise par l’État, à l’image de celle de la SNCF. Ce plan sera-t-il approuvé par la Commission européenne ? L’endettement public souffrira nécessairement de ce poids supplémentaire. Le projet de réorganisation, qui porte le nom de code « Hercule », devrait être présenté le 28 mai durant la réunion du comité de la stratégie du conseil d’administration d’EDF, puis le 7 juin auprès des 200 hauts dirigeants de l’entreprise, et enfin le 20 juin aux syndicats.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : EDF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook