Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Egalité salariale hommes-femmes : pression sur les entreprises françaises





Le 5 Août 2019, par Marie-Eve Wilson-Jamin

En août 2019, 8% des grandes entreprises n'ont toujours pas calculé ou du moins dévoilé leur index sur l'égalité salariale hommes-femmes. Le ministère du Travail leur a envoyé une mise en demeure.


92% des sociétés ont publié leur index sur l'égalité salariale hommes-femmes

Depuis le 1er mars 2019, les grandes entreprises doivent calculer et surtout publier l'index sur l'égalité salariale hommes-femmes. Pour rappel, cet index est calculé via cinq critères, notamment les salaires et les promotions et permet de calculer l'écart des revenus entre les genres. Il est noté sur 100 points. Les entreprises qui n'atteindront pas une moyenne de 75 seront sanctionnées d'une indemnité financière allant jusqu'à 1% de la masse salariale.

Premier constat, les sociétés françaises semblent obéir à la règle de la transparence. Si début mars, seulement la moitié des sociétés de plus de 1.000 salariés avaient respecté leurs engagements, elles sont aujourd'hui 92% à avoir rempli leur grille. Dans le détail, sur les 1.259 entreprises de plus de 1.000 employés, 1.160 ont joué le jeu, selon le dernier pointage réalisé par le ministère du Travail et révélé par Les Echos. Bercy a envoyé une mise en demeure aux retardataires.

Egalité salariale hommes-femmes : 49% des sociétés ont obtenu 0/10

Malheureusement, en août, 49% des sociétés ont obtenu un 0 sur 10 concernant l'égalité des salaires hommes-femmes : dans ces entreprises, il y a, au mieux, une seule femme parmi les 10 salariés les mieux payés. Certes, la moyenne actuelle est meilleure avec 83 points sur 100, soit 3 de plus que le premier pointage du mois de mars. Mais près d'une entreprise sur cinq (19 %) n'atteint pas le plancher légal des 75 points et est donc "en alerte rouge". Il y a donc encore du travail.

Le journal économique rappelle aussi que les entreprises sont dans l'obligation d'augmenter les salaires de leurs employées revenant de congé maternité et, ce, depuis 2006. Mais l'index de transparence révèle que 31% des sociétés, tout de même, ont obtenu un 0/10. Muriel Pénicaud, elle, reste confiante. En effet, la ministre du Travail, estime que « grâce à l'index et à la spirale vertueuse de la transparence, la grande majorité des entreprises va progresser sans même avoir besoin de brandir la sanction ». L'avenir dira si elle avait raison.





1.Posté par myriam le 14/08/2019 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la conciliation vie professionnelle – vie privée est certainement déterminante dans la différence hommes/femmes pour les responsabilités du salarié au travail et dans son foyer : Il s’agit de créer de la souplesse dans les rythmes et les structures de travail et de proposer des services aux salariés : L’amélioration de la qualité de vie au travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=472

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook