Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Elisabeth Borne s'attaque aux SUV





Le 20 Janvier 2020, par François Lapierre

Les SUV sont dans le collimateur d'Elisabeth Borne. La ministre de la Transition écologique veut s'attaquer aux textes européens qui donnent un avantage à ces gros véhicules.


La France contre l'Allemagne

Durant ses vœux à la presse vendredi dernier, la ministre de la Transition écologique, et ancienne ministre des Transports, s'en est prise aux SUV et aux 4x4 urbains. Elisabeth Borne a appelé à une révolution « systémique, plus rapide, plus ambitieuse encore que la révolution industrielle » qui passe par la transformation en profondeur des modèles de consommation et de déplacements. Dans sa ligne de mire, ces gros véhicules très prisés des automobilistes, mais aussi très polluants et protégés par les textes en vigueur en Europe : « Il y a quelque chose d'un peu absurde dans les textes européens actuels, c'est le fait que quand les véhicules sont plus lourds alors ils ont le droit d'émettre plus de gaz à effet de serre », déplore-t-elle.

La France a l'intention de remettre en cause cette « absurdité » qui permet à ce type de voitures de proliférer. Depuis le début de l'année, les constructeurs automobiles ont obligation de respecter de nouvelles normes : leurs véhicules neufs ne doivent pas dépasser une émission moyenne de 95 grammes de CO2 par kilomètre. Si les émissions sont supérieures, le constructeur devra payer une amende fixée à 95 euros par gramme en excès, le tout multiplié par le nombre de voitures vendues dans l'Union européenne.

Des objectifs allégés pour les voitures plus polluantes

Ce principe est néanmoins variable en fonction de la masse des voitures écoulées. Un compromis obtenu par le lobby industriel allemand, dont les constructeurs sont les premiers fabricants de SUV haut de gamme.  Ils peuvent donc polluer un peu plus que les autres sans avoir à subir d'amendes. En revanche, la législation impose aux constructeurs de voitures plus petites des objectifs plus bas que les 95 grammes de CO2, donc plus difficiles à atteindre…

Elisabeth Borne l'a martelé pendant ses vœux : « Tous les textes européens doivent encourager des véhicules qui émettent le moins possible de gaz à effet de serre et non pas donner un bonus à des véhicules qui pèsent plus lourd ». Voilà qui place la France en porte-à-faux avec l'Allemagne, son principal partenaire économique. Les SUV demeurent particulièrement populaires : en 2018, ils représentaient 37% des immatriculations neuves.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook