Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Emploi : Le "succès" des ruptures conventionnelles





Le 3 Octobre 2013, par

2 millions de CDI ont pris fin en 2012, dont 60 % par démission, quasiment systématiquement pour prendre un autre poste, ou encore pour se mettre au vert. Mais dans les 40 % restants, si les licenciements économiques sont forcément légion en l'état actuel des chiffres du chômage, plus de 300 000 CDI prennent désormais fin dans le cadre de la rupture conventionnelle, initiée en 2008. Raison principale de la rupture ? La mésentente avec le patron.


Emploi : Le "succès" des ruptures conventionnelles
46 % des ruptures conventionnelles ont pour motif "la mésentente avec la hiérarchie ou le chef d'établissement" selon une étude de la Dares, la direction de l'animation de la recherche des études et des statistiques qui dépend du ministère du Travail. Autant dire que des milliers de licenciements économiques ou pour faute habillaient dans le passé des ruptures de contrat de travail motivées par des raisons essentiellement humaines.  

L'étude de la Dares permettant aux répondants sollicités de fournir plusieurs réponses quant aux motivations de leur rupture conventionnelle, arrive en deuxième position (39 %) l'insatisfaction liée au salaire ou au poste, et en troisième, la volonté de réaliser un projet personnel ou professionnel (37 %). La rupture conventionnelle est elle un moyen utilisé par l'employeur pour se débarrasser de ses salariés à moindre frais, en limitant les risques de recours ? Il semble que non : seuls 14 % des salariés qui ont quitté leur CDI par ce biais estiment que l'initiative en a été prise par l'employeur, quand 48 % qu'il s'agissait d'un accord commun. 

L'emploi était-il insupportable au point de démissionner si la rupture conventionnelle n'avait pas existé ? Oui répondent 40 % des sondés de la Dares, contre 28 % qui seraient restés en place, et 22 % auraient de toute façon été licenciés par un autre moyen.

La rupture conventionnelle facilite-t-elle la reprise du travail derrière ? Malheureusement non : seuls 25 % ont retrouvé un emploi immédiatement, quand 60 % sont restés plusieurs mois au chômage, le reste ayant cesser toute activité professionnelle.

Depuis 2008, plus de 1 million de CDI ont ainsi pris fin par le biais de la rupture conventionnelle. 


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook