Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Enquête de Bruxelles sur l'acquisition des Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri





Le 30 Octobre 2019, par François Lapierre

Nouveau rebondissement dans le feuilleton des Chantiers de l'Atlantique. La Commission européenne a annoncé une enquête approfondie sur l'acquisition par le groupe italien Fincantieri de l'ancien STX France.


Risque pour la concurrence

Depuis le mois de janvier, la Commission européenne scrute de près l'acquisition des Chantiers de l'Atlantique par Fincantieri. Après cette enquête préliminaire, l'exécutif européen lance ce mercredi une enquête approfondie : selon Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, « l'opération envisagée est susceptible d'avoir une incidence négative sur la concurrence dans le domaine de la construction de navires de croisière, au détriment des millions d'Européens qui partent en croisière chaque année ».

Pour la Commission, il est en effet « peu vraisemblable » qu'un constructeur de navires de croisière ait les moyens de concurrencer « en temps utile et de manière crédible » un groupe comme Fincantieri renforcé par les Chantiers de l'Atlantique. Les services de Margrethe Vestager craignent, au terme de l'enquête préliminaire, les « effets négatifs » de cette opération : hausse des prix, réduction du choix et une incitation moindre à l'innovation.

Décision avant le 17 mars

Outre les particuliers amateurs de croisières, la Commission estime également que les acheteurs de navires de croisière ne dispose pas d'une puissance d'achat « suffisante » pour éviter le risque d'augmentation des prix suite à l'acquisition des Chantiers par Fincantieri. Bruxelles dispose désormais de 90 jours pour donner une décision dans ce dossier sensible, soit jusqu'au 17 mars 2020.

L'achat de l'ex-STX France par Fincantieri a fait l'objet d'une passe d'armes entre Paris et Rome. Autorisée sous la présidence de François Hollande, Emmanuel Macron avait voulu revoir la structure du capital avec notamment une plus grande part donnée à la France. Depuis, Fincantieri possède 50% du capital des Chantiers, plus 1% prêté par l'État français.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook