Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Euronext va pouvoir s’emparer de la Bourse d’Oslo





Le 27 Mai 2019, par François Lapierre

Euronext a désormais les mains libres pour acquérir la Bourse d’Osla. Nasdaq, le rival américain qui avait également des vues sur la place financière, a décidé de jeter l’éponge.


En annonçant son retrait de la course au rachat, le groupe Nasdaq laisse la voie libre à Euronext qui avait déjà constitué plus de la moitié du capital pour acquérir Oslo Bors, l’opérateur de la Bourse d’Oslo. Nasdaq n’avait sécurisé que 35% du capital nécessaire, et pourtant l’entreprise américaine avait la faveur non seulement du conseil d’administration d’Oslo Bors, mais aussi de sa direction. Deux des principaux actionnaires d’Oslo Bors, DNB la banque norvégienne et KLP, un fonds de pension, avaient apporté leurs titres à Nasdaq. Les autorités norvégiennes avaient quant à elles donné leur autorisation à l’opération de rachat, par l’un ou l’autre des prétendants. L’opération valorise Oslo Bors à environ 700 millions d’euros.

La Bourse d’Oslo va donner à Euronext une plus grande assise en Europe. L’opérateur gère déjà les places financières de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Dublin et Lisbonne. Ce sera la première incursion d’Euronext non seulement en Scandinavie, mais également dans un pays en dehors de la zone euro. Nasdaq possède de son côté les Bourses alentour (Copenhague, Helsinki, Stockhom, ainsi que Vilnius, Tallinn et Riga). Il s’agit pour Euronext de diversifier son portefeuille d’activités financières en l’étendant aux secteurs de l’énergie, de la pêche et du transport maritime, trois secteurs dont la place d’Oslo s’est fait une spécialité.

Euronext va également pouvoir attirer la manne de l’épargne scandinave. L’objectif avoué de l’entreprise est de faire de la Bourse d’Oslo un spécialiste des échanges de matières premières. Dans le catalogue d’Euronext, la place de Paris représente 46% de l’activité, suivi par Amsterdam (24%), et prochainement Oslo avec 15%. 



Tags : Euronext

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook